F1 22 : le test

Formule 1, supercars et... décoration intérieure ? Notre avis sur le dernier volet de la simu officielle du championnat

Mike Channell | Le 28 juin 2022 |

En savoir plus à ce sujet :

On ne sait pas vous mais dans le métier de pilote de F1, ce qui nous intéresse le plus, c’est la partie où ils sont au volant d’une voiture à 25 millions d’euros pour se tirer la bourre avec d’autres fous furieux. Parce que celle où ils vont acheter un sandwich ou choisir un vase pour leur salle à manger, bof.

Or les plus grosses nouveautés de F1 22 n’ont que très peu à voir avec le pilotage d’une Formule 1. Le nouveau mode F1 Life vous permet de personnaliser votre appartement de luxe, ce qui évoque plus Les Sims qu’une simu de F1, et vous pouvez désormais piloter quelques supercars routières dans le cadre de défis « Pirelli Hot Laps. »

Si l’intégration de ces voitures n’est pas foncièrement une mauvaise idée, elle ne tient pas ses promesses. Le problème, c’est que par rapport à un jeu comme Gran Turismo 7, elles se manient avec la grâce et la précision d’un caddy de supermarché en fin de vie. Le moteur physique a été développé très spécifiquement pour des monoplaces légères, surpuissantes et ultrarigides, et ça se ressent douloureusement quand on se retrouve aux commandes de ces voitures de routes. Ça reste un bon moyen de se changer les idées au cours d’une saison, mais vous ne démarrerez pas votre console juste pour jouer dans ce mode.

Fort heureusement, dans ce que les jeux F1 font le mieux, à savoir… la F1, le nouvel opus reste absolument remarquable. Les nouvelles monoplaces 2022 sont bien différentes de leurs devancières, plus délicates à l’inscription, moins sur des rails avec leur appui aérodynamique revu à la baisse. Et ne vous inquiétez pas, Codemasters n’a pas poussé le vice jusqu’à reproduire les fameux problèmes de marsouinage qui torturent les pilotes depuis le début de la saison.

Creusez un peu dans les options et vous découvrirez de nouvelles possibilités d’immersion à même de satisfaire les pires nerds de la discipline, comme celle d’effectuer vous-même le tour de formation pour chauffer vos pneus, ou de contrôler votre voiture pendant les phases de safety car. Pour ceux qui disposent du matériel adéquat, on note aussi l’arrivée pour la première fois dans la franchise d’un support de la réalité virtuelle. À vous les joies de la nausée dans le Raidillon ou la Parabolica.

Sans le mode Histoire de l’édition précédente, le jeu 2022 peut sembler plus aride. Sauf bien sûr si vous avez vraiment envie de passer du temps à choisir les sapes de votre pilote-avatar, ou à refaire la déco de son salon jusqu’à ce qu’il soit assez feng shui. En dépit de ces gadgets, la faculté du jeu à transposer un sport incroyablement complexe en une expérience de gameplay gratifiante est toujours là, et bien là. F1 22 reste incontournable pour les fans de la discipline. Notamment ceux qui espèrent voir une Mercedes gagner cette année…

Articles associés