Officiel : la première Lamborghini électrique sera une GT quatre places

Le patron, Stephan Winkelmann, en a également profité pour annoncer que toutes les Lamborghini seront des hybrides rechargeables d'ici 2024.

| Le 19 mai 2021 |

En savoir plus à ce sujet :

On pourrait jouer les étonnés mais… il fallait s’y attendre. Aussi certain que le PDG, Stephan Winkelmann, enfile son costume ajusté italien tous les matins, la marque des supercars les plus flamboyantes du monde devait rejoindre la révolution électrique tôt ou tard. Elle n’avait pas vraiment le choix.

Voici ce qu’il faut retenir du plan d’électrification de Lamborghini. Les actuelles Aventador, Huracán et Urus, décrites par Winkelmann comme étant « le dernière évolution du moteur à combustion interne. » resteront au catalogue encore quelques années puis, de 2023 à 2024, Lamborghini électrifiera toute sa gamme. Ce qui veut dire des remplaçantes hybrides rechargeables pour l’Aventador et l’Huracán, ainsi qu’une version lourdement modifiée de l’Urus.

En plus de ça, un quatrième modèle sera dévoilé « dans la seconde moitié de la décennie » :  la première Lamborghini 100% électrique. Gardons notre sang-froid… « Nous la voyons comme une 2+2, je pense qu’une deux portes est la meilleure solution », annonce Stephan Winkelmann – qui est revenu à son poste de directeur chez Lamborghini en décembre 2020 en plus de diriger Bugatti. « Pour autant, aucune décision finale n’a été prise concernant la plateforme ou le type de véhicule. J’ai donné à mes designers l’instruction claire que cette voiture doit être perçue comme quelque chose de différent de ce que nous avions fait avant. Elle doit être reconnue comme une Lamborghini, mais elle doit aussi démontrer pour nous une nouvelle manière de concevoir une voiture. »

« L’Aventador aura toujours un V12 »

La question est, pourquoi attendre si longtemps ? Lamborghini a déjà la plateforme électrique J1 de la Porsche Taycan et de l’Audi e-tron GT à sa disposition, et ses concurrents avance – Ferrari a récemment annoncé sa première supercar 100% électrique pour 2025. En fait, Winkelmann veut attendre « une plus grande maturité et une meilleure acceptabilité des voitures électriques » en termes de technologie de batterie et d’infrastructure de recharge. « Nous n’avons pas besoin d’être précurseurs sur cette technologie, nous devrons être là quand ce sera le bon moment ».

En ce qui concerne les remplaçantes de l’Aventador et de l’Huracán, le patron annonce qu’elles n’utiliseront pas de super-condensateurs comme la Sián à 3 millions €. Cette supercar était simplement « une bonne base pour que les gens envisagent différemment ce que Lamborghini est capable de faire. » Du coup, ce seront des hybrides rechargeables plus conventionnelles, avec une autonomie utile en mode zéro émission. « L’Aventador aura toujours un V12 », confirme Winkelmann. Pfioufff, on n’a pas tout perdu. « Sur la Huracán je ne peux pas vous dire car c’est en cours de réflexion. » Vous pouvez traduire par « elle n’aura pas un V10. » Le bon sens voudrait donc une version hybride du V8 4,0 l du groupe VW.

En tant que Grand Maître des séries spéciales, tant chez Lamborghini que chez Bugatti, nous avons demandé à Stephan Winkelmann si ces voitures, ultra rentables et limitées, font toujours partie du futur de Lamborghini. « Bien sûr. Nous avons un calendrier serré pour le lancement des nouveaux modèles, mais il y a toujours quelques surprises. Cette année, nous en avons une exceptionnelle, et nous verrons, peut-être pour notre soixantième anniversaire, qui est dans deux ans. »

Pour un homme qui a toujours joué la carte des machines ostentatoires aux moteurs aussi énormes que bruyants, c’est une véritable révolution. Il doit maintenant trouver une autre solution. Avec 1,5 milliards € sur quatre ans, c’est le plus gros investissement depuis la création de la marque. « D’un côté, il y a le besoin de réduire les émissions de CO2 », explique-t-il en soulignant l’objectif d’une réduction de 50% des émissions de CO2 de la gamme Lamborghini d’ici 2025. « De l’autre, nous devons garder l’ADN des supercars. Nous devons tout changer pour ne pas changer, et toujours être considéré comme un constructeur de rêves. »

 

Image : plan produit de l’hybridation de Lamborghini

Articles associés