Mitsuoka Buddy, le rêve américain

Le plus fou des carrossiers japonais a déguisé un Toyota RAV4 en SUV américain des années 80

La rédaction | Le 2 novembre 2020 |

En savoir plus à ce sujet :

Avec Mitsuoka, on ne sait jamais à quoi s’attendre. Au fil des années, le carrossier nippon s’est en effet constitué un tableau de chasse particulièrement bigarré, depuis l’Orochi, un mélange de Honda NSX et de blobfish (avec un V6 Toyota, sinon ce n’est pas drôle), à la Roadster, une Nissan Silvia qui se prend pour la voiture de Cruella d’Enfer, en passant par la Viewt, une Nissan Micra relookée en Jaguar Mark 2. Néanmoins, ces derniers temps, Mitsuoka semble plutôt dans une période américaine.

Il y a quelques années, il avait ainsi lancé la Rock Star, une Mazda MX-5 qui serait allée chez le coiffeur en lui montrant un poster de Corvette C2. Et il dévoile aujourd’hui ceci, le Mitsuoka Buddy. Sur la base d’un Toyota RAV4, il a joué du scalpel pour refaire le nez et le postérieur dans la veine d’un bon gros SUV yankee des années 1980. Et une fois la surprise passée, il faut bien reconnaître que le résultat est particulièrement sympathique.

De pleine face, l’illusion n’est pas loin d’être parfaite, avec cette large calandre chromée, ce capot, ces optiques et ces ailes rectilignes qui évoquent un remake du Chevrolet K5 Blazer. Evidemment, dès qu’on fait quelques pas de côté, on reconnaît les flancs du RAV4, même avec des pneus tout-terrain autour de jantes tôle blanches. Les feux arrière évoquent davantage les Cadillac de l’ère Art & Science, de part et d’autre d’un panneau de hayon contrasté, comme sur les vieilles Jeep Wagoneer. Il va sans dire qu’il y a du chrome partout.

On espérerait évidemment que Mitsuoka en ait profité pour loger un V8 454ci sous le capot, mais non. Il faudra se contenter de moteurs du RAV4 japonais de série : soit un 2.0 de 171 ch, soit un 2.5 hybride de 178 ch, associés à une boîte CVT et, selon les versions une transmission intégrale. Aucune photo de l’habitacle n’a encore été publiée mais on imagine volontiers une ambiance diner, avec un cheeseburger dans la boîte à gants et un klaxon qui fait yee-ha.

On ne vous cache pas qu’il risque d’être compliqué de mettre la main sur le Mitsuoka Buddy de ce côté-ci de l’hémisphère, mais sachez que les commandes seront ouvertes le 26 novembre au Japon, à un tarif encore inconnu. Sachant qu’une Mitsuoka Roadster (une MX-5 grimée façon Morgan) coûte à peu près trois fois le prix de la voiture sur laquelle elle est basée (soit à peu de chose près le prix d’une vraie Morgan), on vous laisse vous faire une idée…

Articles associés