La nouvelle Peugeot 208 a les dents très longues

Et sa version la plus performante est 100 % électrique

La rédaction | Le 25 février 2019 |

En savoir plus à ce sujet :

Tout est en place, le duel ancestral va pouvoir reprendre de plus belle. Après la Renault Clio V, voici en effet la Peugeot 208 II, juste à temps pour le salon de Genève.

La grande nouvelle, c’est que la citadine au Lion adopte une motorisation électrique dans sa version e-208 : 136 ch et 260 Nm, une batterie de 50 kWh pour une autonomie de 340 km (WLTP, soit 450 km selon le cycle NEDC) et un 0 à 100 km/h en 8,1 s, plus rapide que toutes les versions essence et Diesel disponibles au lancement.

Sauf pour faire le plein, évidemment : comptez 20 heures sur une prise domestique, 8 heures sur une wall box 7,4 kW et, un jour peut-être si vous êtes sage, 30 minutes pour 80 % de la charge sur un chargeur 100 kW.

En bonne voiture électrique moderne, la e-208 pourra bien sûr être préchauffée (sièges inclus) depuis votre smartphone pour partir comme une fleur les matins d’hiver. La batterie est garantie huit ans ou 160 000 km. Placée sous le plancher, elle ne grève pas le coffre par rapport aux versions thermiques.

Essence, Diesel ou électrique

Au lancement, celles-ci seront au nombre de quatre : 1.2 Puretech 75 ch (BVM5), 1 .2 Puretech 100 ch (BVM6 ou EAT8), 1.2 Puretech 130 ch (EAT8), ainsi qu’un Diesel 1.6 BueHDi 100 ch (BVM6) appelé à ne représenter qu’une faible proportion des ventes. La nouvelle plate-forme CMP (étrennée au Mondial par la DS 3 Crossback) permet un gain de 30 kg par rapport à la génération précédente malgré des dimensions en hausse.

La boîte auto à huit rapports (une première sur une citadine), associée à des palettes au volant, donne accès au régulateur adaptatif avec arrêt et redémarrage automatiques (en boîte manuelle, il laisse la main sous les 30 km/h), ainsi qu’à une assistance au stationnement entièrement automatisée. Toute la panoplie des aides à la conduite est au programme, ainsi qu’une instrumentation numérique, une connectivité Mirrorlink, CarPlay et Android Auto, jusqu’à quatre ports USB (dont un de type C) et un chargeur à induction. Et hop, plus rien à envier aux allemandes ou aux coréennes.

Une vraie petite 508

Comme l’immense majorité de ses rivales, la 208 renonce à la carrosserie trois portes. Mais surtout, elle adopte un style musclé proche de celui de la splendide 508, à l’extérieur comme à l’intérieur. Les avis sont unanimes à la rédac : ça en jette, et la 208 est bien partie pour être l’une des citadines les plus sexy du marché.

Et elle pourrait bien gagner encore en agressivité une fois qu’elle sera passée entre les mains de Peugeot Sport. Même si la 208 GTi PS était l’une des petites sportives les plus affûtées, rien n’est officiellement prévu dans l’immédiat pour la remplacer. Il est cependant question d’une GTi hybride associant trois-cylindres et moteur électrique, et la présentation à Genève de la très excitante 508 Sport Engineered (360 ch grâce à un quatre-cylindres et deux moteurs électriques) ne fait que conforter cette hypothèse.

Rendez-vous au salon de Genève pour découvrir la nouvelle lionne en chair et en os, avant son arrivée en concession en septembre.

Articles associés