Le Renault Rafale a atterri au salon du Bourget

Le grand SUV coupé Renault est arrivé, et il aura droit à une version intégrale de 300 ch.

La rédaction
Publié le : 19 juin 2023

Oubliez la Mégane RS, le nouveau fleuron de Renault, c’est lui : le Rafale, présenté ce lundi au salon du Bourget. Ce nom cinglant, emprunté non pas au fameux chasseur Dassault mais à un avion de course Caudron-Renault des années 30, désigne plus ou moins une version coupé de l’Espace (qui est désormais un SUV, suivez, un peu, aussi).

Plus, parce qu’il en partage la base technique. Moins, parce que Renault s’est tout de même attaché à lui donner une identité bien distincte, et l’apanage d’une puissante version intégrale. Si le Rafale standard reprend le 3 cylindres 1,2 hybride de 200 ch (couplé à une boîte à crabots) des Austral et Espace, une version hybride rechargeable, forte d’un moteur électrique supplémentaire sur l’essieu arrière, offrira par la suite 300 ch et une transmission intégrale, faisant du Rafale la Renault la plus puissante de toute la gamme.

Un petit centimètre plus court que l’Espace, le Rafale en reprend l’empattement de 2,74 m (soit 7 cm de plus que l’Austral, lui-même long de 4,51 m). Outre sa silhouette fastback légèrement surbaissée (1,61 m, soit 2 cm de moins qu’un Austral), il affirme son dynamisme par des voies élargies de 4 cm, qui accueillent des roues de 20 pouces minimum. Sans surprise, on retrouve les roues arrière directrices pour plus de maniabilité en ville (grâce à un diamètre de braquage contenu à 10,4 m) et un comportement plus alerte en dehors.

Même si l’Espace aurait pu s’appeler Grand Austral sans que personne n’y trouve à redire, le Rafale ne partage pas les traits de ses deux frères, ni ceux de l’Arkana qui applique la même recette sur le segment du dessous. Il semble même avoir pris une génération d’avance avec ses lignes acérées et sa signature lumineuse en flèche, comme sur la Clio restylée. Ces arêtes évoquent même moins un Espace qu’un… Peugeot 3008, également dessiné par Gilles Vidal avant son arrivée chez Renault. Logiquement, le faciès de l’Austral et de l’Espace devrait s’en rapprocher à l’heure du restylage dans quelques années.

À bord, aux places avant, R.A.S. par rapport aux Austral et Espace hormis un système infodivertissement aux graphismes spécifiques. Tant mieux : dans le genre tout-écran, le dessin, l’assemblage et l’ergonomie de cette planche de bord sont une réussite. On note tout de même selon les finitions d’étonnants inserts en liège ou en ardoise. Coupé oblige, les sièges sont plus enveloppants.

À l’arrière, le Rafale perd la banquette coulissante de l’Espace mais annonce une longueur aux jambes tout aussi généreuse, et une garde au toit préservée (sous un vaste toit panoramique sans velum). Il étrenne aussi un accoudoir central bardé de prises USB, de rangements et de supports pour smartphone et tablette, parce qu’un enfant devant Petit Ours Brun est un enfant calme. Le coffre atteint 647 l en configuration 5 places, à comparer aux 777 l de l’Espace 5 places avec la banquette avancée au maximum, et à ses 581 l lorsqu’elle est au contraire reculée en butée.

Vous boudez parce que vous doutez du pedigree de ce nouveau coupé SUV et que vous auriez préféré une bonne vieille berline ? Rassurez-vous, bonnes gens, « le nouveau Rafale se trouve à la croisée de deux lignées historiques de Renault, explique Grégory Launay, chef de projet « Performance » du Renault Rafale. « Il embrasse d’une part l’héritage de la sportivité avec des berlines hautes performances comme les R21 Turbo et Safrane Baccara Biturbo, et d’autre part celui de l’innovation avec des concepts comme le monospace, le turbo ou les motorisations E-Tech hybrides. »

Produit avec l’Austral et l’Espace en Espagne à Palencia, le Renault Rafale sera commercialisé au printemps 2024 en version 200 ch, en attendant l’arrivée de la version rechargeable de 300 ch.

Top Gear
Newsletter

Recevez les dernières news, tops et exclusivités sur votre adresse e-mail.