Rétro Gaming : Cruis’n USA (1994)

Envie de fendre le trafic pied au plancher au volant d'une Ferrari ? Bienvenue dans OutR... Oups, pardon. Bienvenue dans Cruis'n USA bien sûr !

| Le 30 juillet 2022 |

RetroGaming-TG32-CruisnUSA

En savoir plus à ce sujet :

Si comme le dit Charles Caleb Colton « l’imitation est la plus sincère des flatteries« , Sega a dû virer au rouge Testarossa quand Cruis’n USA a débarqué en 1994. En pompant intégralement la recette OutRun, Cruis’n USA se voulait être une sorte de road trip transcontinental à travers les États-Unis. Mais dans une Amérique dessinée par un enfant de 7 ans ! La course débutait dans un San Francisco qui comptait au moins un pont suspendu de trop, traversait le Grand Canyon et son fameux mont Rushmore – qui se trouve à peine à quelques milliers de kilomètres de là au centre
du continent – avant de se terminer dans un crissement de pneus à l’extérieur de la Maison-Blanche. Ils avaient au moins pensé à localiser dans Washington D.C. et non dans l’État de Washington.

Alors que la tenue de route était plus nerveuse qu’un participant de Question pour un Champion surcaféiné, la diversité des paysages en perpétuelle évolution donnait à Cruis’n USA des accents d’authenticité qui cachaient à merveille une multitude de défauts. Le niveau Redwood Forest qui vous faisait passer directement à travers les troncs des séquoias géants était un point d’orgue, tout comme l’arrivée dans la jungle urbaine de Chicago qui se faisait par la traversée d’une forêt de cheminées d’usines fumantes. Les plaines de l’Indiana en revanche étaient moins excitantes et, surtout, très TRÈS (trop ?) semblables aux plaines de l’Iowa traversées deux niveaux plus tôt.

Et le plus étonnant dans ce jeu n’était pas que les lignes de départ et d’arrivée de chaque stage ne soient peuplées que de filles généreusement formées habillées de maillots de bain trop petits – années 80 obligent… – mais bien votre objectif. Le but de l’arcade n’était pas vraiment de gagner une quelconque course, ni même de terminer le plus vite possible… Non, le but était d’aller s’encanailler avec le président des États-Unis d’Amérique dans son jacuzzi perso… Et effectivement, si vous arriviez à terminer le jeu, vous assistiez à une scène surréaliste dans laquelle le président Clinton prenait un bain avec deux mannequins en bikini dans la benne d’un pick-up entouré de vaches sur le toit de la Maison-Blanche. Vous ne saviez pas qu’une borne d’arcade était avant tout une critique sociopolitique des États-Unis ? Ben maintenant, si !

Articles associés