Bentley a construit son dernier V8 6 3/4

Le vénérable V8 L-Series avait été produit dans ses différentes variantes depuis 1959. Il part aujourd'hui à la retraite en même temps que la Mulsanne.

La rédaction | Le 4 juin 2020 |

En savoir plus à ce sujet :

On le savait : avec l’arrêt de la production de la Mulsanne, il allait aussi falloir dire adieu à son moteur, le mythique V8 6 3/4.

Et ce moment est venu. Ce que vous voyez ci-dessus est le tout dernier exemplaire du V8 L-Series, un monument mécanique né en 1959 et produit sans interruption depuis.

Il a fallu 15 heures à sept ingénieurs Bentley pour assembler ce bloc développant 537 ch et 1 100 Nm, destiné à la dernière des 30 Mulsanne 6.75 Edition prévues. Une page se tourne à Crewe après plus de 36 000 V8 produits.

« Le fait que ce moteur ait résisté si longtemps à l’épreuve du temps témoigne du savoir-faire déployé par nos ingénieurs pour le rendre toujours plus puissant, plus raffiné et plus fiable« , a déclaré Peter Bosch, membre du conseil d’administration de Bentley responsable de la production. Nous nous tournons maintenant vers l’avenir de Bentley, propulsé par notre exceptionnel W12, notre sportif V8 4.0 et bien sûr notre efficient V6 hybride, première étape de notre chemin vers l’électrification. »

Le V8 L-Series a été conçu initialement par une équipe d’ingénieurs Rolls-Royce et Bentley au milieu des années 50. Il a été utilisé pour la première fois dans une version 6.2 sous le capot de la Bentley S2 en 1959, où il délivrait à l’époque quelque 180 ch.

Développé continuellement, il s’est vu greffer un puis deux turbos, a adopté au fil des ans la gestion électronique, l’injection ou encore la levée variable des soupapes pour gagner des chevaux tout en réduisant les émissions de CO2. Bentley estime que dans cette mouture finale, les émissions de polluants et de CO2 ont ainsi été réduites de 99 % par rapport au V8 L-Series originel.

Le monde ne sera plus tout à fait le même. Respect.

Articles associés