Cette Ferrari Testarossa restomod est parfaite

Les Suisses de chez Officine Fioravanti dévoilent leur premier projet, une somptueuse Testarossa restomod donnée pour 510 ch et 323 km/h

La rédaction | Le 12 octobre 2021 |

En savoir plus à ce sujet :

En quelques années, le phénomène restomod est devenu incontournable. Il n’est désormais plus possible de laisser une vieille Porsche 911 garée quelque part sans la retrouver avec 200 ch de plus, un aileron queue de canard et un intérieur bardé de cuir. Ou un moteur électrique.

Les préparateurs qui appliquent la formule aux Ferrari sont plus rares. Le nouveau venu Officine Fioravanti, basé en Suisse, fait partie de ceux-là.

Pour son tout premier projet, il a choisi une icône des années 1980, la Testarossa. Tant qu’à faire sous sa forme la plus iconique, en configuration « Monospecchio Monodado » (un seul rétroviseur, roues à écrou central). Son objectif : offrir « un comportement dynamique comparable à celui d’une supercar moderne », et ce « sans aucune incongruité. » Tenez, par exemple, « la fibre de carbone n’était pas si répandue dans les années 1980, donc on n’en trouve pas trace à bord. »

Le style extérieur est inchangé si l’on excepte les nouvelles jantes de 17 pouces à l’avant et 18 pouces à l’arrière, au lieu de 16 pouces à l’origine. Les lignes signées Pininfarina n’ont absolument rien perdu de leur impact, presque quarante ans plus tard.

Le légendaire V12 4.9 à 180° a quant à lui vu sa puissance passer de 390 à 510 ch, et son couple de 490 et 600 Nm. Toujours couplé à une boîte manuelle à cinq rapports, il rupte maintenant à 9 000 tr/min pour emmener la berlinette à 323 km/h (au lieu de 290 km/h en sortie d’usine). Et il y a aussi un échappement en titane et Inconel à clapets actifs. Miam, miam.

Les modifications incluent par ailleurs des amortisseurs pilotés Öhlins, des barres antiroulis réglables et un contrôle de motricité à 12 niveaux. Fichtre. Et malgré cette cure de technologie, la Testarossa parvient à peser 130 kg de moins qu’avant, soit moins de 1 400 kg. Un plancher plat vient optimise l’aéro.

L’intérieur est lui aussi respectueusement mais profondément revu, où les commandes en plastique ont dans la mesure du possible été remplacées par des pièces en alu, et l’autoradio par un système infodivertissement sur base Apple CarPlay. Cet exemplaire hérite d’une sublime sellerie en cuir tabac ainsi que d’un port USB-C, d’un set de bagages sur mesure et d’un téléphone des années 80… connectable par Bluetooth à votre smartphone.

Bref, il nous faut cette voiture. Nous n’avons pas encore eu l’occasion d’être refroidis par le prix, mais attendez-vous à des sommets vu l’ampleur du travail.

Articles associés