La nouvelle supercar Ginetta est un monstre (de performance)

C’est laid, mais c’est pas grave

La rédaction | Le 28 février 2019 |

En savoir plus à ce sujet :

En s’inspirant de sa LMP1 2019, Ginetta a concocté pour le salon de Genève cette supercar à l’air furibard. On ne sait pas ce que vous en pensez, mais c’est tout de même… particulier. Un petit côté Panoz GTR-1 cyborg. Ou Corvette Lego Technic, tiens (et ce n’est pas leur création la plus réussie). La McLaren Senna va peut-être enfin arrêter de se faire jeter des pierres.

Anonyme pour l’instant, la supercar Ginetta privilégie de toute évidence la fonction à la forme. Elle est animée par un V8 6.0 atmosphérique maison, placé devant le conducteur mais très, très loin derrière l’essieu avant. Ginetta promet plus de 600 ch et 700 Nm, transmis aux roues arrière via une boîte séquentielle à six rapports et palettes au volant, et un arbre de transmission en carbone. Sans aides électroniques, s’il vous plaît. Gloups. La structure est tout en carbone et l’ensemble ne pèse que 1 150 kg, soit un rapport poids/puissance décoiffant de 1,9 kg/ch et une parfaite répartition des masses (49/51).

Il faudra attendre le salon pour savoir à quel point elle est performante, et comment elle s’appelle. La vitesse de pointe est annoncée à plus de 322 km/h (les 200 mph symboliques) mais c’est bien la moindre des choses pour un engin pareil, même avec un package aérodynamique (passif) dérivé de la LMP3 de la marque pour générer 376 kg d’appui à 162 km/h (100 mph).

À bord, l’ambiance est à la course. Un arceau-cage, des baquets moulés directement sur la structure pour gagner du poids, un pédalier réglable (forcément), on s’y croirait. Les freins sont en carbone-céramique, la suspension est ajustable pour tous les circuits et les petites routes auxquelles vous envisageriez de vous attaquer.

Car il ne s’agit pas d’un pure pistarde, elle es aussi homologuée pour la route ! Outre l’ABS et un contrôle de traction, elle dispose notamment de la clim, de l’allumage automatique des phares, d’un chargeur de téléphone à induction, d’une caméra de recul, d’une sellerie en Alcantara et d’un énorme coffre de 675 l, « idéal pour le grand tourisme ». Un comparatif avec la Bentley Continental GT s’impose…

L’auto sera produite pour commencer à vingt exemplaires en 2020, vendus environ 450 000 € pièce. Il ne faudra pas traîner si elle vous a tapé dans l’œil (aïe), douze d’entre elles ayant déjà trouvé preneur à l’heure où Ginetta publie son communiqué. Bruce Wayne a-t-il versé son acompte ?

Articles associés