La Hennessey Deep Space sera une hyper-GT électrique de 2 000 ch à six roues

Comment accélérer plus fort ? Avec des moteurs électriques et plus de roues, tout simplement !

Ollie Marriage | Le 1 décembre 2021 |

En savoir plus à ce sujet :

John Hennessey a-t-il décidé de rejoindre Elon Musk et Jeff Bezos dans la course à l’espace ? Non, mais son projet Deep Space n’en représente pas moins un grand pas pour… l’imagination.

Il s’agit d’une hyper-GT électrique à six roues, avec quatre places disposées en losange. « Je voulais le faire avant que quelqu’un me grille la politesse », m’a dit John. Oui, oui, John, si tu veux.

« Cela fait des décennies que je construis certains des véhicules les plus performants de la planète en accélération, mais ils ont toujours été limités par le grip mécanique. La propulsion électrique sur six roues est la solution. » Si tu le dis, John.

Comme il n’y a pas que les g dans la vie, et que l’on est chez Hennessey, la vitesse ne sera pas négligée. « Elle n’aura pas la vitesse de pointe de la Venom F5, précise Hennessey, mais elle devrait être capable d’atteindre 320 km/h et de passer de 0 à 100 km/h aussi vite qu’un dragster. »

D’après les premiers croquis, la Deep Space est une voiture dans la lignée d’une McLaren Speedtail, longue et profilée, avec un volant central. Le pilote sera flanqué d’un passager de chaque côté, légèrement en retrait, avec un quatrième siège derrière lui dont le dossier pourra se rabattre à plat vers l’arrière. Il faudra alors penser à prévenir son occupant avant d’écraser l’accélérateur, pour lui éviter d’aller dire bonjour aux quatre sacs de golf qui pourront prendre place juste derrière dans un coffre annoncé gigantesque.

La structure et la carrosserie seront en carbone, ce qui offrira une rigidité suffisante pour y tailler deux énormes portières en ailes de mouette pour un accès aisé à l’habitacle. Une non moins énorme batterie promettra une autonomie de presque 1 000 km. La puissance totale des six moteurs, un par roue, est annoncée à plus de 2 000 ch. L’idée est de faire de la Deep Space une voiture aussi luxueuse que performante.

Elle sera construite sur le site texan de Hennessey, mais aura un fort parfum britannique puisque Delta Cosworth contribuera au développement du groupe motopropulseur. Delta avait déjà travaillé avec Hennessey sur la Venom GT, qui était à la Lotus Elise ce que Hulk est à Bruce Banner. Ils ont été rachetés par Cosworth entre-temps.

La Deep Space fait partie d’un plan sur dix ans qui prévoit trois autos 100 % nouvelles, dans la foulée de la monstrueuse Venom F5 qui n’a pas renoncé à aller taquiner un jour les 500 km/h pour devenir la voiture la plus rapide du monde. Les 24 exemplaires initiaux de la F5 sont déjà tous vendus, mais d’autres versions sont prévues, avec des packages aérodynamiques et mécaniques différents. Au total, Hennessey mise sur une production de près de 60 Venom F5.

Le projet Deep Space, lui, n’en est encore qu’à ses balbutiements. La voiture a fait ses débuts sous la forme du croquis ci-dessous, griffonné au dos d’une enveloppe de relevé bancaire en octobre 2019.

Depuis lors, Hennessey a mené des études de faisabilité, et évoque une commercialisation à l’horizon 2026. La Deep Space deviendrait alors probablement la voiture électrique la plus chère du monde, à quelque 3 millions de dollars. Rendez-vous dans cinq ans.

Articles associés