Nouveau nom et nouveau look pour la Lamborghini Huracan propulsion

Et une électronique revue pour drifter sans transpirer

La rédaction | Le 7 janvier 2020 |

En savoir plus à ce sujet :

Lamborghini fait désormais tellement peu de voitures à roues arrière motrices qu’il ne sait plus trop comment les appeler. Après une longue parenthèse de quinze ans (remontant tout de même à la Diablo SV), cette architecture avait fait son retour à Sant’Agata en 2009 sur la série limitée Gallardo Valentino Balboni, devenue LP550-2 quand elle a intégré la gamme courante.

Elle fut remplacée par l’Huracán LP580-2, qui passe aujourd’hui le flambeau à une nouvelle version basée sur l’Huracán EVO. L’Huracán propulsion s’appelle donc à présent… RWD (Rear-Wheel Drive). Il fallait y penser.

Avec 610 ch, le V10 gagne 30 ch par rapport à la LP580-2 (soit 70 de plus que chez la cousine Audi, la R8 RWD) mais en accuse 30 de moins que l’Huracán EVO intégrale. Ce n’est pas ça qui empêchera de profiter des montées en régime orgasmiques de ce bloc 5.2, la puissance maxi déboulant à 8 000 tr/min.

D’autant que fort logiquement, le poids diminue de 33 kg en l’absence de transmission intégrale (soit 1 389 kg à sec). Pas suffisant pour compenser la perte de motricité devant le chrono, mais avec 3,3 s sur le 0 à 100 km/h (+0,4 s), l’Huracán RWD ne tombe pas tout à fait dans la catégorie des veaux.

Si vous vous attardez sur les chiffres, c’est d’ailleurs que vous n’avez pas compris l’intérêt de cette version, explique Lambo. « Quoique capable de performances exceptionnelles, l’Huracán EVO RWD n’est pas pensée pour la vitesse en ligne droite ou les records du tour, nous promet-on. Avec un nouveau design unique, l’Huracán EVO RWD revendique sa vocation à flatter l’instinct de son conducteur ». Traduction : ça va drifter.

Pour ce faire (et pour éviter des moments embarrassants sur Youtube à la sortie d’un cars & coffee), le contrôle de traction a été recalibré. Il intègre bien évidemment toujours une fonction launch control. Si la RWD se veut l’Huracán des puristes, elle ne va pas jusqu’à renouer avec la boîte mécanique, ne rêvez pas.

Elle se distingue aussi par un style spécifique, et notamment un tout nouveau bouclier avant qui lui sied à merveille. À côté, le museau de l’Huracán EVO standard (à gauche sur la photo ci-dessus) paraît soudain bien torturé…

Non contente d’être la plus jolie et la plus joueuse des Huracán, la RWD sera également la moins chère puisqu’en perdant son arbre de transmission avant, elle voit son prix chuter de près de 30 000 € par rapport à l’Huracán EVO intégrale, soit 191 330 €. Elle est pas belle, la vie ?

Articles associés

Plus d'articles