Mini 2001-2021 : les meilleurs moments (et les pires)

Il y a tout juste vingt ans, BMW rebootait Mini. Depuis, il y a eu des hauts et des bas...

Larédaction | Le 1 mai 2021 |

1

La Mini R50, celle qui a tout changé

C’est ainsi que la nouvelle ère a commencé, lorsque la première Mini by BMW (nom de code R50) est sortie des chaînes de l’usine historique d’Oxford le 26 avril 2001.

Paul Horrell se rappelle son retentissement et la façon dont elle a su faire taire les critiques initiales des puristes. « Elle a réécrit les règles du segment des petites voitures, qui consistaient jusqu’alors à faire asseoir le conducteur n’importe comment, sur une suspension basique, et à vendre le tout pas trop cher. En fait, c’était un super petit coupé déguisé en citadine. BMW soulignait qu’on était assis comme dans une Série 3. Elle était très amusante, mais en même temps très raffinée. Certes, le confort était raide à cause de cette obsession pour le comportement. Mais elle n’avait pas cette fâcheuse tendance des françaises à survirer au lever de pied. »

« Et puis il y avait l’intérieur, les surpiqûres rouges, les basculeurs en guise de boutons, la personnalisation… Beaucoup se sont plaints qu’elle était trop grosse pour être une vraie Mini parce qu’elle avait l’empattement et les voies d’un Range Rover première génération, mais ils n’ont pas saisi l’idée. Ce n’était pas une voiture faite pour optimiser l’espace. Elle était totalement dédiée au conducteur, tout en cultivant le style et l’agilité qui ont fait la réputation de la Mini originelle. »

En savoir plus à ce sujet :

Articles associés