La nouvelle BMW Série 7 est une salle de cinéma avec des roues

La nouvelle génération de la limousine BMW propose une inédite version électrique, un écran de cinéma embarqué, et un style qui n'a pas fini de faire causer...

La rédaction | Le 20 avril 2022 |

En savoir plus à ce sujet :

Sur le segment des limousines, tout se joue sur le luxe, la technologie, les gadgets. Et le style, tout de même. Or vous risquez d’avoir besoin d’un petit moment pour vous imprégner de celui de la nouvelle BMW Série 7 .

Car ce n’est pas un graphiste qui s’est amusé à zoomer sur la calandre et à coller des optiques de C4 Cactus autour. C’est la preuve, s’il en était besoin, que si vous n’aimez pas leurs dernières orientations stylistiques, BMW s’en fiche éperdument. La précédente Série 7 restylée avait fait jaser, les M3 et M4 étaient controversées, l’iX bizarre, mais le X7 restylé et la nouvelle Série 7 vont encore plus loin.

Avec cette étrange face avant, on en oublierait presque la véritable nouvelle : la Série 7 se décline désormais en une version 100 % électrique baptisée i7. Là où Mercedes a choisi de scinder clairement son catalogue entre la Classe S et l’EQS, BMW produira une seule voiture, avec ou sans batterie.

C’est l’i7 qui arrivera en éclaireur fin 2022 dans une généreuse version xDrive60 forte de 544 ch via un moteur électrique sur chaque essieu, alimentés par une batterie 101,7 kWh promettant jusqu’à 625 km d’autonomie. Elle sera rejointe courant 2023 par trois six-cylindres en ligne électrifiés : un Diesel à hybridation légère de 300 ch (740d xDrive), et deux essence hybrides rechargeables de 490 ch (750e xDrive) et 571 ch (M760e xDrive). Les V8 seront hélas cantonnés aux Etats-unis et à la Chine. Le V12 ? Oubliez, vous vous faites du mal.

Par rapport à l’autre extrémité, la poupe est massive mais étonnamment sobre, autour d’un énorme logo BMW abritant le lave-glace de la caméra de recul. Autrefois disponible en deux empattements, la Série 7 ne proposera plus qu’une seule gigantesque version de 5,39 m de long (13 cm de plus que l’ancienne carrosserie longue) sur un empattement de 3,22 m (+ 1 cm). Largeur et hauteur sont en hausse de 5 cm,soit respectivement 1,95 m et 1,53 m. Autant dire que les voituriers vont mériter leur pourboire.

À bord, la tablette panoramique en guise de planche de bord n’est plus une surprise depuis l’iX, la Série 2 Active Tourer et le X7 restylé. Non : le clou du spectacle, c’est un gigantesque écran 8 K de 31 pouces qui se déploie depuis le plafond aux places arrière, tandis que la voiture occulte ses glaces pour parfaire l’ambiance et accessoirement éviter de distraire les autres conducteurs.Le tout au son d’un jingle signé Hans Zimmer, s’il vous plaît.Cet écran est contrôlé via de petits écrans tactiles intégrés aux contre-portes, et associé à une hi-fi Bowers & Wilkins.

Les petites attentions sont évidemment légion, des commandes de boîte et de siège en cristal au siège passager qui peut se replier pour maximiser l’espace à la place arrière droite, en passant par la conduite autonome de niveau 3.

Idem côté châssis entre les roues arrière directrices et l’antiroulis actif. « C’est une voiture précise qui peut être conduite comme une vraie BMW, malgré son poids [2,7 t pour l’i7, NDLR] », insiste le chef de projet Robert Kahlenberg. Pourtant, la BMW Série 7 n’a pas recours à la fibre de carbone, contrairement à sa devancière ou à l’iX.

Puissance, émissions, technologie, luxe, la Série 7 assure donc sur tous les plans. Elle est même produite de façon plus écologique qu’autrefois grâce à une dose supérieure de matériaux recyclés dans sa construction, et le recours croissant aux énergies renouvelables dans son usine historique de Dingolfing.

Mais la question demeure : arriverez-vous à dépasser le physique ?

Articles associés