Le BMW X7 restylé se risque sur le bizarre

Pour son facelift de mi-carrière, l'énorme SUV de luxe étrenne le tout nouveau regard des prochaines grandes BMW. Il va falloir s'habituer

La rédaction | Le 13 avril 2022 |

En savoir plus à ce sujet :

Pour une fois, il n’y aura pas besoin de jouer au jeu des sept différences avant et après restylage. La nouvelle face avant du X7 sera d’ailleurs bientôt reprise par toutes les BMW haut de gamme, nous annonce la marque. Prochaine étape, la Série 7.

En tant que vaisseau amiral des SUV BMW (pour l’instant…), le X7 devait surtout se préparer au débarquement en force du nouveau Range Rover, et rester dans la course face aux Mercedes GLS et Audi Q7, en profitant d’une louche supplémentaire de luxe, de technologie et d’agressivité. Mission accomplie.

Les optiques sont désormais divisées en deux, comme chez Citroën (qui s’était déjà fait chiper son appellation XM par le bavarois, c’est du joli). Ce sont les minuscules barres de LED de l’étage supérieur, affleurant le capot, qui donnent maintenant au X7 son regard et font office de feux de jour et de clignotants. L »éclairage à proprement parler est assuré par le bloc inférieur, fumé pour mieux se fondre dans le bouclier. Avec tout ça, on en a presque oublié la colossale calandre au milieu. Mais ne vous inquiétez pas, celle-ci peut maintenant être rétro-éclairée.

En parlant de discrétion, le X7 restylé devient aussi la première BMW disponible avec des jantes 23 pouces en sortie d’usine. Pour vous donner un ordre de grandeur, la première M3 chaussait du 15 pouces. C’est aussi ça, le progrès.

Progrès toujours à bord où BMW s’est débarrassé des platines de climatisation et d’autoradio. Pour ajuster la température ou activer les sièges chauffants, il faut donc maintenant passer par la magnifique double dalle incurvée (12,3 pouces pour la partie instrumentation, 14,9 pouces pour la partie multimédia au-dessus de la console centrale), reprise à l’iX électrique. La Joie, c’est quitter la route des yeux pour tâtonner sur un écran à la recherche d’un sous-sous-menu au volant d’un tank de luxe de 2,5 tonnes… Au moins la molette de navigation n’a-t-elle pas disparu comme sur la nouvelle Série 2 Active Tourer. Elle trône à côté d’un nouveau sélecteur de boîte affleurant et minimaliste.

Les sept sièges (ou six, en option) sont motorisés et ceux des deux derniers rangs peuvent donc coulisser ou être rabattus d’une simple pression sur un bouton pour moduler le coffre de 326 à 2 120 l. Le hayon en deux parties s’ouvre bien sûr lui aussi électriquement, et le seuil de chargement peut être encore abaissé grâce à la suspension pneumatique de série.

Notez la nouvelle garniture de planche de bord en cuir végétal. Peut-être pour culpabiliser un peu moins d’avoir un gros V8 4.4 biturbo de 530 ch juste derrière… Cette version M60i xDrive sera toujours épaulée par un six-cylindres 3.0 Diesel en xDrive 40d, qui passe à 352 ch. Associées à une boîte automatique à huit rapports, ces deux motorisations profitent maintenant d’une hybridation légère.

Comptez à partir de 101 900 € pour le X7 40d et 133 500 € pour le X7 M60i, sans compter l’énorme malus auquel ces deux mastodontes seront soumis à leur lancement cet été. Et rendez-vous très (très) vite pour découvrir ce que donne cette nouvelle face avant sur la nouvelle Série 7 et sa version électrique i7…

 

Articles associés