Voici la Porsche Boxster Bergspyder

Mieux qu’un Boxster Spyder, un Boxster Spyder monoplace ultraléger sans pare-brise

La rédaction | Le 3 juin 2019 |

En savoir plus à ce sujet :

On oublie trop souvent que les concepts cars que l’on voit dans les salons ne sont que la partie émergée de l’iceberg. Dans l’ombre, les constructeurs planchent en effet sur des foultitudes de prototypes expérimentaux, dont le destin le plus probable est de finir à la casse ou à prendre la poussière à jamais dans un hangar obscur. C’est donc une joie de voir la Porsche Boxster Bergspyder prendre l’air.

Construite en 2015, cette étude n’a pas eu de descendance, et c’est bien dommage. Elle se voulait un hommage à la Porsche 909 Bergspyder (littéralement le Spyder de montagne), une barquette qui domina le championnat d’Europe de course de côte en 1968. Animé par un huit-cylindres à plat de 275 ch, cet engin reste la Porsche de course la plus légère à ce jour avec seulement 384 kg. Les ingénieurs sont alors partis du Boxster 981 Spyder de l’époque, l’ont dégraissé au maximum et l’on peint en vert et blanc comme son inspiratrice.

Le résultat est un Boxster dépourvu de capote, de pare-brise (remplacé par un saute-vent enveloppant) ou même de siège passager. À la place de ce dernier, on trouve à présent un rangement symbolique pour un casque, une protection pour le siège conducteur (ben oui, il n’y a ni toit ni capote) et quelques bagages légers. Le baquet et une bonne partie de l’instrumentation sont empruntés à la 918, excusez du peu.

Lorsque Porsche en a eu fini, le Boxster Spyder était tombé à 1 099 kg. C’est 216 kg de moins que le Speedster de départ, et plus très loin du poids d’une Volkswagen Up GTI. Mais avec nettement plus de chevaux puisque le Boxster Bergspyder a eu droit ni plus ni moins qu’au flat-six atmosphérique du Cayman GT4, porté à 393 ch pour l’occasion. Porsche évoque un 0 à 100 km/h juste au-dessus des 4 s et un tour du Nürburgring en environ 7 minutes 30, soit dans la roue d’une Carrera GT et 10 s devant un Cayman GT4, (avec Walter Röhrl au volant dans les deux cas).

Puisque Porsche a annoncé la construction de 1 948 911 Speedster, pourquoi ne pas avoir produit quelques exemplaires de ce Bergspyder ? Selon la marque, il aurait sans doute été compliqué de l’homologuer sur certains marchés, et le projet a donc été abandonné. Cet exemplaire unique a été exposé deux ans au centre de développement de la marque à Weissach avant d’être remis au musée Porsche. Sa première sortie publique a eu lieu le week-end dernier à la course de côte de Gaisberg, en Autriche.

Peut-être qu’en demandant gentiment…

Articles associés

Plus d'articles