Voici le projet d’hypercar à hydrogène « Made in England »

Viritech veut faire de son hypercar Apricale une vitrine pour sa technologie à hydrogène

| Le 4 mai 2021 |

En savoir plus à ce sujet :

Une hypercar qui roule à l’hydrogène ? C’est pour 2023 selon la start-up britannique Viritech, et elle s’appellera Apricale. Une voiture en série limitée qui devra catalyser la croissance de la jeune entreprise et l’aider à devenir « le premier développeur mondial de solutions de propulsion à l’hydrogène pour les secteurs de l’automobile, de l’aérospatiale, de la marine et de la distribution d’énergie. »

Viritech explique qu’une hypercar représente une « manière efficace de démontrer les avantages de l’hydrogène par rapport aux batteries, lorsque les exigences en matière de puissance et d’autonomie augmentent ou qu’un stockage d’énergie à long terme est nécessaire. » Et une fois sur les rails, elle compte bien vendre sous licence toutes les technologies défrichées par l’Apricale aux grands constructeurs et fournisseurs.

Et sinon Apricale, ça veut dire quoi ? Ça vient du latin « apricus », qui veut dire « touché par le soleil. » Viritech annonce que la voiture sera « deux fois plus légère que ses concurrentes 100% électriques », essentiellement grâce à un réservoir d’hydrogène d’un nouveau genre, en composite de graphène, intégré à la structure. Seuls 25 exemplaires seront construits à partir de 2023, avec une production de huit à 12 Apricale par an.

On ne connaît ni le prix ni les performances, mais on nous assure que l’Apricale fera plus de 1000 ch, de quoi concurrencer une autre hypercar à hydrogène annoncée en 2020 : l’Hyperion. La voiture sera conçue au MIRA (l’Association de Recherche en Industrie Automobile), près de Birmingham en Angleterre.

La start-up développe également un camion baptisé Jovian. C’est l’un des nombreux « modèles de référence » qui, selon Viritech, permettront de démontrer comment ses technologies peuvent être mises en œuvre dans différents secteurs. Toujours selon l’entreprise, les poids lourds 100% électriques auront besoin de neuf tonnes de batteries tandis que ceux à l’hydrogène seront « comparables à des poids-lourd diesel, avec des temps de ravitaillement similaires et une durée de vie plus longue. »

Nous, on ne sait pas trop quoi penser de cette Apricale aux faux airs de Koenigsegg Gemera, mais on ne demande qu’à la voir à l’oeuvre face à des hypercars thermiques, hybrides ou électriques à batterie.

Articles associés