La prochaine Volkswagen Golf R sera raisonnablement surpuissante

Révélations sur la future super-Golf et l'avenir de la division R

La rédaction | Le 11 mars 2019 |

En savoir plus à ce sujet :

Au salon de Genève, la star du stand Volkswagen est le T-Roc R, un petit SUV de 300 ch reprenant grosso modo les dessous de la Golf R.

« Je pense que cette voiture est plus agréable à conduire qu’une Golf R », nous assène – là, comme ça, sans prévenir – Jost Capito, le patron de la division R chez Volkswagen. Forcément, il ne va pas dire l’inverse, c’est la nouveauté. Mais une telle affirmation paraît tout de même bien présomptueuse compte tenu du poids supérieur du T-Roc et de son centre de gravité plus haut placé.

« Bien sûr, le centre de gravité est plus élevé, mais c’est bien la seule différence. Pour le reste, on a pu arriver à un résultat quasiment identique. Nous avons durci le train avant, changé les supports moteur et boîte… tout est plus direct. La Golf R nous a servi de base de travail mais nous avons tout revu. »

Le T-Roc R doit donc beaucoup à la Golf R, nous confirme-il. Préfigure-t-il l’arrivée du traitement « R » sur d’autres modèles ? Des SUV, au hasard ?

« Je crois en effet que cela va s’appliquer à bien plus de modèles dans la gamme, admet-il. Pas à la Polo, en revanche. « Le label R implique une transmission intégrale dont nous ne disposons pas sur la plate-forme de la Polo. Par ailleurs, il n’y a à mon avis pas de retour sur investissement possible en-dessous du segment de la Golf. »

Qui du concept Golf R400 qu’on nous a fait miroiter pendant des mois ? « Nous avons mené une étude de marché et ça ne correspond pas au attentes de nos clients. Ils souhaitent une voiture aux alentours de 300 ch pour moins de 50 000 €. À 400 ch, on perd 50 % de volumes tout en augmentant sensiblement le coût d’usage. »

Une marque allemande qui s’impose d’elle-même une limite de puissance : incroyable, non ? Rassurez-vous, la Golf 8 R ne sera pas tout à fait un poumon pour autant, promet Jürgen Stackmann, membre du directoire.

« La Golf R reste le joyau de la couronne, nous confie-t-il. Et nous ne voulons pas nous lancer dans une course à l’armement à coup d’hybridation. Une hybride doit être abordable et avoir une justification environnementale, ce n’est pas seulement une question de performances. La GTE est le pendant de la GTI, et ça ne changera pas. La Golf ultime restera la R, et la Golf 8 R sera fantastique. »

Si vous voulez un conseil, attendez un peu avant de vous jeter sur le T-Roc R…

Articles associés

Plus d'articles