Audi lâche la Formule E pour le Dakar ET Le Mans

Si, si : Audi renonce à son écurie de Formule E au profit d'un engagement simultané au Dakar avec un prototype électrifié, et au Mans avec une LMDh.

La rédaction | Le 1 décembre 2020 |

En savoir plus à ce sujet :

Celle-là, on ne s’y attendait pas. La saison 2021 de Formule E sera la dernière pour l’écurie d’usine Audi. La marque vient en effet d’annoncer officiellement qu’elle quitterait ensuite le championnat de monoplaces électriques pour s’attaquer au Dakar, où elle alignera en 2022 un « prototype innovant » associant une motorisation électrique à un TFSI en guise de prolongateur d’autonomie.

Comme si cela ne suffisait pas, le nouveau directeur sportif d’Audi, Julius Seebach, indique que l’entreprise « se prépar[e] intensément à entrer dans la nouvelle catégorie de prototypes sportifs LMDh avec ses courses phares, les 24 Heures de Daytona et les 24 Heures du Mans.  » Cela devrait se passer l’année suivante, l’entrée en vigueur de la réglementation LMDh ayant déjà été repoussée à 2023 côté IMSA.

Pour rappel, le LMDh, c’est l’alternative « économique » à la nouvelle catégorie Hypercar, avec un châssis type LMP2 et un KERS standardisés, et une homologation aussi bien en championnat du monde d’endurance (WEC) qu’en endurance américaine (IMSA). Une balance of performance (BoP), système de brides et de lests déjà en vigueur autrefois en LMP et en GT pour resserrer le peloton, fera courir Hypercar et LMDh sur un pied d’égalité. Le proto LMDh Audi viendra donc défier les Hypercar Peugeot et Toyota. Quand on sait que Porsche planche officiellement sur une LMDh, et que Ferrari et McLaren n’ont pas caché leur intérêt pour cette nouvelle réglementation, il y a de quoi être optimiste pour l’avenir de l’endurance.

Côté Formule E, Audi a souligné qu’il ne se retirait qu’en tant qu’écurie d’usine, mais qu’il continuerait à soutenir un programme compétition-client pour les équipes utilisant sa motorisation électrique. Présente dans la discipline depuis 2014, la marque y compte 12 victoires, 43 podiums et un titre constructeurs. Les autres programmes compétition-client, notamment en GT avec la R8 LMS, ne sont pas remis en cause.

Alors, heureux ?

Articles associés