L’Hypercar de Toyota est déjà là

La GR Super Sport sera au départ des 24 Heures du Mans l'année prochaine. Elle s'est montrée dans la Sarthe ce week-end

La rédaction | Le 22 septembre 2020 |

En savoir plus à ce sujet :

S’il y a bien un constructeur qui a soutenu la nouvelle réglementation Hypercar contre vents et Covid, c’est Toyota. pressé de retrouver une vraie concurrence d’usine en championnat du monde d’endurance après trois ans à triompher sans gloire avec une main dans le dos face à des écuries privées. Ce week-end, en lever de rideau des 24 Heures du Mans, la GR Super Sport a fait un tour de parade dans la Sarthe, presque trois ans après la présentation du concept éponyme au Tokyo Auto Salon 2018.

Cette voiture sera la nouvelle arme de Toyota en WEC dès 2021. Basée sur la TS050, la LMP1 victorieuse des trois dernières éditions de la classique mancelle, elle sera développée à la fois pour la piste et pour la route (Peugeot, un petit mot ?).

On sait que les nouvelles LMH seront limitées réglementairement à 680 ch, développés par l’attelage d’un moteur thermique central arrière et d’un petit moteur électrique sur le train avant, pour un poids minimum de 1 030 kg. On est bien loin des monstres qu’étaient les LMP1 hybrides comme la TS050 (environ 1 000 ch pour 875 kg), mais Toyota pourra toujours se défouler sur la version routière… Le concept était d’ailleurs animé par le même ensemble hybride de 1 000 ch que la TS050, autour d’un V6 2,4 l.

Sous le camouflage traditionnel des prototypes GR, transformée en targa pour l’occasion, la voiture a fait ses premiers tours de roues publics aux mains d’Alexander Wurz, vétéran de Gazoo Racing. Le double vainqueur des 24 Heures s’est réjoui, en toute objectivité bien sûr, de « sentir des similarités entre la GR Super Sport et la TS050 Hybrid en termes de performances, particulièrement la transmission intégrale et le système hybride. » Selon Toyota, la GR Super Sport est « une hypercar avec un pedigree et des performances de voiture de course« , qui reflète « son engagement à utiliser les sports mécaniques pour améliorer continuellement ses voitures de route au profit du plaisir de ses clients, et symbolise la relation toujours plus étroite entre les voitures de course et de route chez Toyota Gazoo Racing. »

Scuderia Cameron Glickenhaus et ByKolles planchent eux aussi sur une Hypercar pour l’année prochaine. Peugeot les rejoindra en 2022. Aston Martin aurait dû être de la fête – la réglementation Hypercar avait été taillée sur mesure pour des autos comme sa Valkyrie – mais il s’est défilé en début d’année, le nouveau propriétaire Lawrence Stroll préférant réorienter le programme sportif vers la F1.

 

 

Articles associés