Vous pouvez maintenant choisir votre Bentley Flying Spur avec moins de sièges

Maintenant que la Mulsanne nous a quittés, c'est à la Flying Spur d'assumer le rôle de vaisseau amiral Bentley. Et d'offrir les petites attentions qui vont avec...

La rédaction | Le 8 juillet 2020 |

En savoir plus à ce sujet :

On avait beau s’y préparer depuis le début de l’année, la mort de la Bentley Musanne nous a fait mal, notamment parce qu’elle a entraîné dans la tombe le mythique V8 6.75.

La marque a confirmé qu’aucune descendance directe n’était à l’ordre du jour, faute de pouvoir rentabiliser une superlimousine de cette trempe par les temps qui courent. Alors que la Mulsanne s’est par exemple mieux vendue globalement que sa meilleure ennemie la Rolls-Royce Phantom… (*kof kof* SUV *kof*).

Concrètement, ça va donner du travail en plus à la Flying Spur. Plus compacte et plus sportive, celle qui devient de facto le vaisseau amiral de la gamme va devoir penser un peu moins à son conducteur et un peu plus à ses passagers pour pallier le départ de la Mulsanne.

Jusqu’à présent, si vous achetiez une Flying Spur pour vous faire conduire, il fallait ainsi se contenter d’une vulgaire banquette arrière, comme les pauvres. Dieu merci, il est désormais possible de la configurer avec deux magnifiques fauteuils classe affaires, molletonnés et surpiqués de partout, réglables électriquement dans tous les sens (y compris les tablettes aviation à niveau automatique). Si ce n’est pas le vrai luxe, ça y ressemble beaucoup.

Cette configuration quatre places donne aussi droit à une console centrale à l’arrière, incluant deux porte-gobelet (enfin, porte-flûte…), deux ports USB, une prise 12 V et un accoudoir chauffant. Peut-être pas de quoi faire oublier la Mulsanne, mais un agréable début de consolation.

Articles associés

Plus d'articles