La BMW M8 est là

625 ch, propulsion à la demande. The Ultimate Drifting Machine ?

Niels de Geyer | Le 5 juin 2019 |

En savoir plus à ce sujet :

Depuis un an, la BMW M850i subit les pires outrages chez les préparateurs d’Allemagne et de Navarre. Son calvaire touche à sa fin : voici enfin la BMW M8, première du nom.

Elle aurait pu être la deuxième si la marque n’avait pas joué petit bras au tournant des années 90, renonçant à donner suite à un prototype Motorsport basé sur la première génération de série 8 (E31 pour les intimes). Sur la BMW M8 qui sort aujourd’hui du bois en coupé et en cabriolet, point de V12 6.1 atmosphérique – ni de phares escamotables, désolés – mais un V8 4.4 biturbo. Surprise, il s’agit de celui de la M5 Compétition, au cheval près. 625 ch, 750 Nm dès 1 800 tr/min, de quoi permettre à la M8 (officiellement la M8 Compétition, seule version disponible en France) de reprendre ses distances par rapport à la M850i, qui faisait déjà partie de l’élite des GT avec la version 530 ch de ce bloc.

Le tout passe toujours au sol via une boîte auto à huit rapports et une transmission intégrale privilégiant d’autant plus les roues arrière si l’on active le mode Sport. Un différentiel actif et un amortissement piloté aident à peaufiner les trajectoires tandis qu’en désactivant le contrôle de stabilité, on peut même transformer la M8 en pure propulsion (comme la nouvelle Série 1 quand elle roule en marche arrière). Les enfants, ne faites pas ça chez vous.

La M850i ne craignait pas grand monde au feu vert, la M8 terminera de faire le ménage avec un 0 à 100 km/h en 3,2 s, une demi-seconde de mieux. Rajoutez un dixième pour le cabriolet. BMW annonce par ailleurs 10,6 s sur le 0 à 200 km/h et une vitesse de pointe bridée à 250 ou 305 km/h si vous cochez le pack M Driver, ce que vous ferez bien évidemment.

Techniquement, la M8 s’apparente donc à une M5 Compétition en smoking. Elle étrenne cependant un système de freinage à assistance électrique qui permet de choisir la consistance de la pédale selon deux réglages différents, de la même manière qu’on est désormais habitué à le faire sur la direction de n’importe quelle voiture de sport. Cette option est disponible aussi bien avec les freins standard qu’avec les freins carbone-céramique, qui ne seront sans doute pas inutiles pour ralentir durablement les presque deux tonnes de la bête.

La BMW M8 est d’ores et déjà disponible à la commande dans toutes les bonnes concessions à partir de 173 000 € en coupé et 181 000 € en cabriolet.

Articles associés

Plus d'articles