Adieu 488 GTB, bienvenue Ferrari F8 Tributo

720 ch et 340 km/h pour mettre la McLaren 720S à sa botte

La rédaction | Le 28 février 2019 |

En savoir plus à ce sujet :

Vous avez sous les yeux la nouvelle Ferrari F8 Tributo, remplaçante de la 488 GTB. Che bella, eh ? Selon la marque, elle amorce une transition vers un nouveau langage visuel qui exalte plus que jamais l’efficacité aérodynamique et les perfs de folie des modèles au Cheval Cabré. Si vous voulez notre avis, ça s’annonce plutôt pas mal.

La F8 Tributo reprend le V8 3.9 biturbo de la 488, dont la marque nous rappelle qu’il a été élu Moteur international de l’année en 2016, 2017 et 2018, mais aussi meilleur moteur des vingt dernières années l’an passé. Une mécanique à peu près au point, donc.

Elle développe ici 720 ch – comme sur la 488 Pista et, tiens donc, la McLaren 720S –, soit 50 de plus que sur la 488 GTB, et ce sans le moindre début de commencement de soupçon de turbo lag, insiste Ferrari. Ce qui se traduit par un 0 à 100 km/h en 2,9 s, un 0 à 200 en 7,8 s et une vitesse de pointe de 340 km/h.

Plus encore que sa devancière, la F8 fera tout pour flatter les instincts de ses pilotes, même les plus maladroits grâce à son ESP « Dynamic Enhancer », qui peut à présent continuer à veiller au grain même lorsque le manettino est en position Race, et un contrôle de trajectoire « Side Angle Control » affiné, de quoi « rendre plus accessible et contrôlable la performance à la limite pour un nombre toujours plus élevé de pilotes. »

Plus légère de 40 kg que la 488 (soit 1 330 kg), la Ferrari F8 Tributo s’inspire de la Pista pour l’aérodynamique et le refroidissement. Le S-Duct redessiné génère notamment 15 % d’appui supplémentaire par rapport à la 488. Les optiques LED sont horizontalisées façon Portofino, et surmontées de nouvelles prises d’air pour les freins.

Faites le tour et vous aurez droit à une petite friandise : la glace arrière qui tient lieu de vitrine au V8 est désormais en Lexan et fendue de trois ouïes, hommage discret (plus discret que la triple sortie d’échappement centrale de la 458, en tout cas) à la F40. En plus d’être évocatrices, ces fentes améliorent le refroidissement. L’aileron arrière soufflé enveloppe des feux arrière revenus – alléluia – au nombre de quatre comme sur les 812 Superfast et GTC4Lusso. Il était temps.

À bord, Ferrari a redessiné « l’interface de commande homme-machine » (IHM, aussi appelée « planche de bord »), où le volant a notamment vu son diamètre réduit, comme sur une 208 (la Peugeot, pas la Ferrari). Comme sur la 812, un petit écran d’instrumentation apparaît en face du siège de droite. Bonne chance au passager pour parvenir à poser un doigt dessus au feu vert.

Rien sur les prix pour l’instant, mais quelque chose nous dit que McLaren doit déjà surveiller tout ça de près.

Articles associés

Plus d'articles