Selon Lotus, les protos d’endurance de 2030 ressembleront à ça

Noir et or comme il se doit, la Lotus E-R9 possède des panneaux de carrosserie actifs et une motorisation 100 % électrique. C'est virtuel, mais c'est beau

La rédaction | Le 16 février 2021 |

En savoir plus à ce sujet :

Lotus Engineering est la division de Lotus dédiée au conseil en ingénierie (si, si). Voici leur tout dernier projet : un proto d’endurance électrique qui pourrait apparemment « être sur la grille de départ des circuits du monde pour la saison 2030. »

Concrètement, c’est une vitrine technologique virtuelle pour Lotus Engineering. À ce titre, cette voiture comprend un certain nombre de touches futuristes et plus ou moins réalistes (sans aller aussi loin, date oblige, que le concept McLaren de F1 2050). Par exemple, des panneaux de carrosserie mobiles sur une silhouette en aile delta, qui permettent de réduire la traînée en ligne droite et à l’inverse de générer plus d’appui en virage.

Les dérives verticales à la poupe serviraient quant à elles à faciliter l’inscription. Selon Lotus, le résultat est « une voiture de course dont le pilotage est à mi-chemin entre l’automobile et l’avion de chasse. » Forcément.

Le cockpit se charge de parachever l’ambiance avion de chasse. Pour emballer le tout, Lotus n’a pas cherché bien loin et a opté pour une bonne vieille livrée noir et or façon JPS (ou plutôt or et noir, d’après les proportions de peinture ici). L’auto a été baptisée E-R9. E-R pour Endurance Racer, 9 en référence à la Lotus Mark IX qui fut la première voiture engagée par la marque aux 24 Heures du Mans, en 1955.

L’E-R9 reprendrait la motorisation électrique de l’Evija, avec un système de vectorisation de couple aux quatre roues optimisable en temps réel par le conducteur. L’autonomie et la recharge sur une course de 24 heures ? Aucun problème, selon Lotus : la puissance et la densité énergétique des batteries aura continué de progresser d’ici-là, et l’on pourra remplacer la batterie vide par une pleine lors des arrêts aux stands.

Rendez-vous dans dix ans pour voir si l’endurance est passée au tout électrique.

Articles associés