Lotus annonce un SUV électrique produit en Chine

Cette Lotus Type 132 sera lancée en 2022, en attendant une voiture de sport elle aussi 100 % électrique

La rédaction | Le 31 août 2021 |

En savoir plus à ce sujet :

Lotus vient de présenter l’Emira. Annoncée officiellement comme l’ultime voiture à moteur thermique de la marque, elle est 100 % essence, avec un six cylindres et une boîte manuelle au catalogue. Nous ne saurions trop recommander aux puristes qui nous lisent de s’accrocher à cette pensée comme à un doudou à la lecture des lignes suivantes, car il y a du nouveau en provenance de chez Lotus…

Et pas d’Hethel, cette fois. Lotus est en effet en train de prendre ses quartiers en Chine avec une nouvelle usine à Wuhan, qui ouvrira ses portes l’an prochain pour produire un nouveau modèle connu sous le nom de code Type 132. Il s’agira du premier SUV Lotus, et il sera 100 % électrique. Lotus évoque un SUV de segment E. Ça veut dire gros : pensez Porsche Cayenne ou Aston Martin DBX.

Après lui viendront trois autres voitures électriques, les Type 133, 134 et 135. Respectivement un coupé quatre portes façon Audi e-tron GT/Porsche Taycan, prévu pour 2023 ; un SUV au format Macan pour 2025 ; et enfin une voiture de sport, annoncée pour 2026.

Les Lotus 132, 133 et 134 reposeront sur une même plate-forme et recourront à des batteries de forte capacité (entre 92 et 120 kWh), supportant des charges ultrarapides. Le 0 à 100 km/h ne sera pas en reste, promis potentiellement inférieur à 3 s sur les versions de pointe de chacune de ces autos.

Le site de Wuhan sera capable de produire 150 000 voitures par an. Il n’abritera pas seulement une usine mais aussi un nouveau centre technologique comprenant un circuit d’essai optimisé pour les véhicules autonomes (rappelez-vous : Emira, V6, boîte manuelle, doudou).

Ne vous inquiétez pas pour le site historique de Hethel : la marque assure qu’il restera primordial pour le développement des voitures de sport, Wuhan étant avant tout dédié aux véhicules « lifestyle. » Si cela peut vous rassurer, dites-vous donc que le vénérable asphalte de la piste d’essai créée par Colin Chapman sur un ancien aérodrome de la RAF ne sera peut-être jamais foulé par un SUV électrique…

Dites-vous aussi que Lotus a une approche bien particulière des assistances à la conduite. La marque planche notamment sur « une conduite intelligente sur circuit » visant à « aider les conducteurs à être aussi performants qu’un pilote de F1 sur circuit, tout en améliorant la sécurité et l’efficacité sur route grâce à des innovations hardware et software. Le résultat est une expérience plus gratifiante et rassurante dans n’importe quel environnement. »

Lotus en a profité pour annoncé que Li Bin, fondateur de Nio, avait investi dans Lotus Technology. « Les deux parties pourraient explorer des opportunités de coopération industrielle mutuellement bénéfiques », annonce pudiquement le communiqué.

« L’industrie automobile mondiale subit aujourd’hui de profonds changements, conclut Lotus. En tant que marché mondial le plus important en volume et en croissance pour les voitures électriques, la Chine joue un rôle important dans la transformation du secteur. Tout en restant fidèle à sa devise ‘For The Drivers’, Lotus sera au cœur de cette transition, travaillant à redéfinir les standards pour un futur intelligent et électrique. »

Excitant ? Effrayant ? À vous de décider.

 

 

Articles associés