Lotus + Williams = hypercar électrique ?

Les deux firmes britanniques annoncent un mystérieux partenariat

La rédaction | Le 29 janvier 2019 |

En savoir plus à ce sujet :

Lotus. Ça vous dit quelque chose ? Mais si, light is right, tout ça… Certes, ça fait quelques années que l’usine d’Hethel n’a rien fabriqué de plus excitant qu’une énième Elise aux couleurs d’une monoplace de la marque (et c’est déjà pas mal, avouons-le) mais les choses sont certainement sur le point de changer. Pour le meilleur.

Geely, propriétaire de Lotus depuis 2017 (après avoir racheté Volvo en 2010, avec le succès que l’on sait), avait déjà annoncé un plan d’investissement d’1,7 milliard d’euros pour raviver la marque. On apprend à présent que Lotus va travailler main dans la main avec Williams – plus précisément Williams Advanced Engineering, la facette industrielle de l’écurie de F1 – pour développer des « technologies de propulsion de pointe », en particulier des moteurs électriques.

Williams Advanced Engineering a été très occupé ces derniers temps entre le développement des batteries de la Formule E, celui de la formidable Singer DLS, de la Nissan BladeGlider ou de la Dendrobium D-1. Seraient-ils à présent en train de plancher sur une hypercar électrique avec Lotus ? C’est en tout cas la rumeur qui court dans le Norfolk, et que Lotus a refusé de commenter.

« Notre nouveau partenariat technologique avec Williams Advanced Engineering fait partie d’une stratégie pour améliorer nos connaissances et nos capacités dans un paysage automobile en plein bouleversement », meuble Phil Popham, PDG de Lotus cars. « La complémentarité de nos compétences fait de ce projet une séduisante alliance de talents, de savoir-faire techniques et de l’esprit pionnier britannique. »

Imaginez toute la science de Lotus sur l’allègement et des châssis, combinée à celle de Williams sur la propulsion électrique, avec les énormes moyens financiers des Chinois : on va peut-être bientôt pouvoir écrire sur autre chose que sur une Elise avec un nouveau levier de boîte… Vivement la suite.

Articles associés

Plus d'articles