La Mercedes-AMG GT R passe Pro

La nouvelle 911 ? Quelle nouvelle 911 ?

La rédaction | Le 29 novembre 2018 |

En savoir plus à ce sujet :

Il faut que reconnaître que le timing est assez bien vu. Alors que Porsche espérait bien monopoliser l’attention cette année au salon de Los Angeles avec la nouvelle 911, son ennemie jurée, l’AMG GT, profite au même moment de quelques retouches significatives.

En tête de gondole, on trouve une nouvelle version GT R Pro au sommet de la gamme, pour ceux qui trouvaient que la GT R était encore un peu tendre (il faudra que ces derniers pensent à consulter).

Si le V8 4.0 biturbo 585 ch de la GT R est repris tel quel, la GT R Pro hérite de freins carbone-céramique standard, de jantes forgées ultralégères, d’une aérodynamique revue et d’une bonne rasade de carbone. Sur le toit, notamment.

Vous aurez peut-être remarqué les nouveaux volets intégrés au bouclier avant, la réglette sur l’aileron arrière et les ouïes toute neuves au-dessus des roues avant, façon 911 GT3 RS. Ça tombe bien, l’’AMG GT R Pro est à peu de chose près à la GT R ce que la 911 GT3 RS est à la GT3.

La Pro n’est vraiment pas là pour rigoler, avec ses suspensions réglables (par de simples molettes, inutile de se salir les mains), de nouvelles rotules pour les triangles de suspension supérieurs du train arrière afin d’affûter ses réactions, un nouveau panneau de carbone à l’arrière du soubassement pour encore plus de rigidité, et des supports moteur et transmission actifs dont les lois ont été revues pour améliorer la réactivité. Là aussi, nous aimerions bien dire deux mots à ceux qui trouvaient la GT R trop mollassonne.

Ceux-là cocheront sans réfléchir l’option Track Package, qui inclut un arceau boulonné, des harnais quatre points et un extincteur. C’est évidemment le moment d’évoquer le chrono réglementaire de la GT R Pro sur le Nürburgring, qui a bouclé la Nordschleife en 7’04”632” soit quelque six secondes plus vite qu’une GT R standard. Mais toujours à huit secondes d’une GT3 RS…

La GT R Pro débarque à l’occasion du restylage de la gamme AMG GT. Les puissances n’évoluent pas : 476 ch sur la GT, 522 sur la GT S, 557 sur la GT C et 585 sur les GT R et GT R Pro. C’est à l’intérieur que les nouveautés sont les plus flagrantes, issues de la récente GT 4 portes : un combiné d’instrumentation numérique de 12 pouces et un écran multimédia central de 10 pouces, de quoi tenir permettre à la GT de tenir son rang face aux dernières berlines de la gamme.

En mode Supersport s’affichent des trucs rigolos comme les G en courbe en temps réel. Les boutons qui entourent le sélecteur de vitesses proviennent eux aussi de la GT 4 Portes, chacun doté de son petit écran TFT qui change d’apparence selon les modes. Leur disposition est censée évoquer celle des cylindres du V8 tapi quelques décimètres devant vous.

Le nouveau volant a droit à de l’Alcantara ainsi qu’à des palettes de boîte galvanisées au déclic plus franc. On retrouve un énième écran miniature sur la molette de sélection de mode, en bas à droite du moyeu.

L’AMG Track Pace est un système de télémétrie embarqué qui, lors d’un track-day, est capable d’enregistrer plus de 80 types de donnée, dix fois par seconde. La vitesse, l’accélération, les G, quelques températures… et, euh… on vous laisse chercher le reste pour arriver jusqu’à 80.

Les temps au tour sont enregistrés au fur et à mesure, et affichés en vert ou en rouge selon que vous êtes plus ou moins rapide qu’au tour précédent. Un gadget pas du tout pousse-au-crime, qui va assurément beaucoup plaire aux assureurs. Mercedes a déjà configuré le système pour le Nürburgring et Spa, libre à vous d’y rentrer vos propres tracés. Évitez juste de le faire avec votre tronçon de périph quotidien, ça vaudra mieux pour tout le monde.

Toujours dans le cadre d’un usage sur circuit, le contrôle de traction a été peaufiné pour intervenir plus subtilement. Tout bénef’ pour l’amour propre. “Même les pilotes expérimentés pourront profiter des assistances sans se sentir bridés par le système”, promet Mercedes. De toute façon, s’ils ne sont pas d’accord, il leur suffira de tout couper.

Une nouvelle signature lumineuse, des sorties d’échappement redessinées, des couleurs et des jeux de jantes inédits, bref, un facelift. Ah oui, vous pourrez aussi à présent opter pour un intérieur cuir bi-ton, c’est nouveau. Les prix, eux, n’ont pas encore été annoncés.

En tout cas, si vous avez arrêté ne serait-ce que quelques instants de penser à la nouvelle 911, on peut considérer que Mercedes a réussi son coup.

Articles associés