Audi : « Le progrès, ce n’est pas seulement la puissance ou la vitesse »

Top Gear échange avec la directrice des ventes et du marketing Audi sur l'avenir de la gamme, et son électrification à marche forcée

Paul HORRELL • Robin SAN VICENTE | Le 27 avril 2021 |

Audi Hildegard Wortmann

En savoir plus à ce sujet :

Audi enchaîne les lancements de voitures 100 % électriques. Nous avons récemment conduit la très sexy Audi RS e-tron GT. Quelques jours plus tard étaient dévoilés le SUV Q4 e-tron et sa version Sportback. Une semaine après, le monde découvrait l’A6 e-tron Concept.

Qu’est-ce que cela veut dire pour Audi ? Pour le savoir, Top Gear s’est entretenu avec la directrice des ventes et du marketing de la marque aux anneaux, Hildegard Wortmann.

Elle annonce qu’Audi lancera plus de voitures 100% électriques que de thermiques cette année, ce qui lui permettra de proposer la gamme électrique la plus fournie parmi les constructeurs premium.

« Nous sommes à un point de basculement. Regardez ce que fait le président Joe Biden, et les plans quinquennaux en Chine. » Evidemment, l’énorme engagement d’Audi dans le développement de ces véhicules est antérieur à ces événements politiques.

« C’est un engagement fort. Le futur est électrique. D’ici 2025, nous aurons 20 voitures 100% électriques, et encore plus d’hybrides rechargeables. » Alors quelles sont-elles ?

Au-delà de celles que nous avons vues, la gamme A6 e-tron va s’agrandir. Elle utilise la plateforme PPE commune avec Porsche, qui peut servir de base à des berlines, des compactes et des SUV. Plus haut dans la gamme, on trouvera la famille de voitures hautement automatisées issues du projet Artemis.

Mais est-ce qu’Audi électrifiera certains de ses fleurons existants ? « Auparavant, vous fabriquiez une voiture, puis sa remplaçante dans la même veine. Dans l’industrie d’aujourd’hui, ça ne fonctionne pas comme ça. Vous devez aller vers de nouveaux segments, car la clientèle change. C’est pour ça qu’il y a tant de SUV coupés. Donc nous ne nous contenterons pas de remplacer nos modèles tels quels. »

Qu’en est-il de la R8 ? « La R8 est une icône de notre marque. Mais les icônes du passé ne sont pas forcément les icônes du futur. Une descendante de la R8 ne sera pas juste une R8 avec un moteur électrique. Ce devra être une R8, mais différente. »

Une réponse longue, qui nous dit ce qu’elle ne sera pas mais toujours pas ce qu’elle sera… Et l’avenir de la TT ? « Il en est de même. La TT est une voiture authentique à forte teneur émotionnelle, mais les clients ont changé et le monde s’est éloigné des roadsters. »

Elle poursuit. « Audi a toujours produit des modèles émotionnels. Regardez nos concept cars. Nous avons beaucoup d’idées. » C’est vrai, il y a eu le magnifique concept trimoteur PB18 e-tron tout droit sorti des 24h du Mans (photo ci-dessous). Le genre de voiture qui pourrait nous faire un peu moins regretter la R8.

Audi PB18

Je pense également à la AI:ME. Que donnerait une petite Audi électrique dans la lignée de l’A2 ? « L’A2 correspond à notre époque. C’était une utilisation remarquable de l’espace et de la technologie, en avance sur son temps. Restez à l’écoute, dirais-je. » Voilà qui semble prometteur.

Mais les gens qui veulent une voiture électrique ont-ils envie d’une Audi ? Les clients soucieux de l’environnement achètent souvent des Tesla car c’est une entreprise qui construit exclusivement des voitures « vertes. » Audi est une entreprise qui produit quelques voitures hybrides et électriques, mais aussi un RSQ8.

Hildegard Wortmann évite de mentionner le RSQ8 mais reconnaît le problème. « Vous ne séduisez pas des clients juste grâce à des produits. Vous devez les rallier à une marque. La durabilité est le nouveau premium, surtout chez les millenials. D’autres choses étaient plus importantes auparavant. »

« Nous sommes ‘Vorsprung Durch Technik’ – Le progrès par la technologie – depuis 50 ans. Nous gardons ce slogan. Mais qu’est-ce que le progrès aujourd’hui ? Ce n’est pas simplement la puissance ou la vitesse. Nous devons changer l’entreprise et la marque pour qu’elle devienne durable. Les acheteurs attendent de la marque qu’elle s’engage. C’est indispensable », poursuit-elle.

C’est en cours. Audi a des usines à empreinte carbone neutre tout comme ses fournisseurs de batteries pour les véhicules électriques. Le groupe Volkswagen est en train de construire six usines de batteries en interne, et s’engage sur la voie de la neutralité carbone globale.

Comment la marque gagnera-t-elle de l’argent avec les voitures électriques ? Hildegard Wortmann répond qu’Audi n’est pas une œuvre caritative et souligne les économies d’échelle réalisées en partageant la recherche et développement des plateformes au sein du groupe Volkswagen. « Les coûts des batteries chutent. D’ici deux ans, nos voitures électriques seront plus rentables que les voitures thermiques. Ces dernières nécessitent d’ailleurs des investissements colossaux pour suivre l’évolution des normes. » Et Audi devra continuer à en produire pour encore un bout de temps, car il y a toujours de la demande. « Les clients décideront. »

Et les voitures à pile à combustible qu’Audi a présentées ? « De mon point de vue, il n’y a pas de débouchés pour les particuliers. Il y a beaucoup trop d’arguments contre, notamment les infrastructures. Audi ne doit pas se disperser technologiquement. » À long terme, ce sera donc les voitures électriques.

Articles associés