La BMW Vision M Next est une supercar hybride de 600 ch

Le futur de la division M, c’est un 0 à 100 km/h en 3 s et 100 km d’autonomie en tout électrique

La rédaction | Le 25 juin 2019 |

En savoir plus à ce sujet :

Imaginez une auto qui associerait l’architecture de la BMW i8, avec son allure extraterrestre et sa fibre écolo, et les performances tonitruantes de la M8. Cette voiture n’existe pour l’instant que sous la forme d’un concept, mais on s’en contentera : Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, la BMW Vision M Next.

Il s’agit d’une berlinette à moteur central, futuriste comme on les aime. Mais qui puise aussi dans son héritage : on y décèle des références subtiles à la M1 de 1978, au concept Turbo de 1972, et l’actuelle i8 n’est pas bien loin.

Derrière les sièges, on trouve un quatre-cylindres copieusement turbocompressé. Il est assisté par un moteur électrique sur chaque essieu, pour un total de 600 ch tout rond.

BMW annonce 300 km/h et un 0 à 100 km/h en 3 s. On ne sait pas pourquoi, mais on soupçonne que tous ces chiffres sont purement théoriques et ne sortent pas d’une séance de tests sur circuit.

Entre deux track days, la BMW Vision M Next pourra s’attaquer aux green zones : branchez-la le temps qu’il faut et vous aurez 100 km d’autonomie sans démarrer le quatre-cylindres. Et contrairement à l’i8, il y a aussi un (gros) moteur électrique sur le train avant, ce qui en fait une quatre roues motrices.

Comme un smartphone haut de gamme, la Vision M Next se déverrouille par reconnaissance de visage. C’est le Stig qui va être content… Les portes en élytre donnent accès à un habitacle où la place est comptée, comme taillé à même un bloc de carbone. Le volant est de forme « papillon », comme sur un dragster. Derrière, l’instrumentation est projetée sur une lame de verre, ainsi que votre rythme cardiaque.

Passez en mode Boost+, et toutes ces distractions disparaissent de votre vue tandis que l’intégralité du pare-brise se transforme en écran à réalité augmentée, capable d’afficher non seulement la navigation mais aussi les trajectoires et les points de freinage, comme dans une simulation de course en mode débutant.

Les deux baquets intégraux, taillés dans une mousse à mémoire de forme ultralégère, ne font qu’un avec le cockpit. Le détail qui tue : les porte-gobelet gyroscopiques, qui maintiennent l’assiette de votre café même si vous arsouillez comme un sauvage. Des porte-gobelet gy-ro-sco-piques, oui Madame.

Notons aussi les fameux feux laser, la calandre imprimée en 3D, la peinture « Thrilling Orange » mate des extrémités qui contraste avec le gris satiné de la cellule centrale et le soubassement en carbone recyclé brut. Le pli Hofmeister (mais si, le pan coupé sur lequel s’achèvent les vitres latérales de presque toutes les BMW) n’apparaît pas sur les surfaces vitrées mais est suggéré par la forme des entrées d’air supérieures.

En tant que concept « Vision », la M Next s’apparente sans doute davantage à une étude philosophique sur le futur des sportives de la marque qu’à une auto que l’on retrouvera telle quelle en concession dans un avenir proche. Snif. Vous aurez aussi noté que son nom de contient pas le préfixe « i » : il ne s’agit pas non plus de l’avant-goût d’une i8 M ou assimilée. Re-snif.

Articles associés

Plus d'articles