La Honda S660 s’énerve avec Mugen

Un mini-roadster à moteur central préparé par Mugen pour 21 000 €, que demander de plus ? Ah, si : un visa pour le Japon

La rédaction | Le 31 août 2020 |

En savoir plus à ce sujet :

Dans la famille kei car, je voudrais le roadster. Non, pas la Daihatsu Copen, l’autre, avec un moteur central arrière. C’est ça, la Honda S660. Cette NSX de poche vient d’avoir les honneurs de Mugen, le préparateur maison.

Ne nous emballons pas : cela reste une kei car, limitée par définition à 660 cm3 et 63 ch. Pas question donc pour Mugen de donner un coup de vis sur le turbo du 3 cylindres. Encore moins de swapper ce dernier pour un 2.0 de Civic Type R, arrêtez de fantasmer, s’il vous plaît.

Non, Mugen s’est avant tout attaché à renforcer l’agressivité visuelle de la S660, et à affûter ses liaisons au sol. Cela passe notamment par de nouveaux boucliers en plastique moulé sous vide, un aileron arrière à l’intérêt aérodynamique certainement discutable, et un jeu de jantes en alliage forgé une taille au-dessus du modèle de série (15 pouces à l’avant, 16 à l’arrière).

Notez aussi le nouvel échappement au son travaillé qui émerge d’un diffuseur coursifié. Seule modification vraiment concrète, l’arrivée d’amortisseurs Yamaha spécifiques pour un comportement plus tranchant. Pas encore une Lotus Elise – ni même une S660 Neo Classic Racer, d’ailleurs – mais ça fait envie, non ?

D’autant que pour tout cela, Mugen demande l’équivalent de 5 000 €, à ajouter aux quelque 16 000 € d’une S660 de base. Et aux frais d’importation depuis le Japon, hélas : on a beau avoir été sages, Honda réserve toujours ce formidable petit machin à ses compatriotes.

Articles associés

Plus d'articles