La Mercedes-AMG A45 est parmi nous

Avec 421 ch et un mode Drift. Également disponible en goût CLA

La rédaction | Le 4 juillet 2019 |

En savoir plus à ce sujet :

Bienvenue dans un monde où une compacte sportive de grande série peut désormais dépasser les 400 ch. C’est à la nouvelle Mercedes-AMG A45 S que l’on doit ce jalon. Ou au CLA 45, si vous préférez une silhouette de coupé quatre portes plus élégante. Choisis ton camp, camarade ; les deux sont très, très rapides.

L’A45 standard développe 387 ch. Mais cette deuxième génération étrenne une version S caractérisée par ses sorties d’échappement hypertrophiées, sa transmission intégrale avec mode Drift façon Focus RS, et un bonus de puissance. Avec 421 ch, elle promet un 0 à 100 km/h en 3,9 s et une vitesse de pointe (bridée électroniquement) à 250 km/h. Peut-on encore parler de GTI – rappelons que c’est une auto qui peut aussi être commandée avec un Diesel de 116 ch – quand on navigue dans les chronos d’une supercar d’il y a dix ans ?

La Classe A étant fondamentalement une traction à moteur transversal, le mode Drift n’est pas obtenu par une déconnexion de l’arbre de transmission avant comme par exemple sur une E 63 AMG. Non, tout se passe au niveau du différentiel arrière, qui intègre deux embrayages multidisques pilotés électroniquement. Comme sur une Ford Focus RS, le couple peut donc non seulement être envoyé en priorité au train arrière mais aussi être réparti entre les deux roues arrière en fonction de l’adhérence et du mode de conduite. Vous vous rappelez l’époque où la transmission intégrale était un gage de sécurité pour bon père de famille ? Il va falloir vous y faire, maintenant c’est fait avant tout pour fumer de la gomme en regardant la piste par les vitres latérales.

Le 2.0 au rendement monstrueux (211 ch /l) transmet sa puissance aux quatre roues via une boîte à double embrayage et une flopée de modes de conduite (Chaussée Glissante, Confort, Sport, Sport Plus, Race, Individual). Ensuite, il y a les modes d’assistance châssis, Basique et Avancé sur le modèle standard, auxquels s’ajoutent Pro et Master sur l’A45 S (votre ange gardien électronique étant de moins en moins concerné à mesure que vous scrollez dans ces différentes configurations). Quand vous aurez terminé de faire votre marché, il vous restera encore à choisir entre les trois positions de la suspension pilotée.Bref, si vous aimez passer plus de temps à régler votre voiture qu’à la conduire, alors cette nouvelle A45 AMG s’impose d’ores et déjà comme le nirvana de la compacte sportive. Quand le configurateur sera en ligne, on trouvera sûrement dans les options un commando d’ingénieurs en télémétrie.

Les geeks s’attarderont aussi sur la courbe de couple. Ici, pas de plateau commençant en dessous des 2 000 tr/min façon gros Diesel. Non, Mercedes a souhaité se rapprocher du comportement d’un moteur atmosphérique et le pic de couple (500 Nm) se produit entre 5 000 et 5 250 tr/min sur l’A45 AMG S (4 750-5 000 sur l’A45 AMG standard). De même, il faut aller chercher la pleine puissance à 6 750 tr/min (6 500 sur la version standard), avant un rupteur à 7 200 tr/min. Pour une compacte sportive turbocompressée (un pléonasme depuis de nombreuses années maintenant), voilà qui force le respect. Mercedes a placé pour cela le turbo derrière le bloc moteur. Pas terrible pour le refroidissement et l’accessibilité, mais idéal pour optimiser l’aérodynamique et réduire le turbo lag (ainsi que la longueur de l’échappement).

Les trains roulants ont bien sûr été considérablement revus et renforcés, les ailes élargies proportionnellement aux voies et aux pneus pour passer plus fort en virage et améliorer les temps au tour. À condition bien sûr de ne pas avoir malencontreusement laissé le mode Drift activé (ce qui serait terriblement irresponsable).

Le reste ne va pas révolutionner l’univers des compactes sportives. Vous pouvez avoir un gros aileron si vous voulez. Il y a des baquets, la grille de calandre à ailettes verticales réglementaire sur les « grosses » AMG, d’énormes freins, et des pneus collants comme il faut. Les A45 et CLA45 n’ont plus l’air d’avoir grand-chose en commun avec une Classe A et un CLA standard (ce qui n’est pas nécessairement une mauvaise nouvelle).

Reste à connaître le tarif. Une chose est sûre, prévoyez plus de 60 000 €. Sans compter les packs d’options. Et les pneus de rechange.

Articles associés

Plus d'articles