Rien ne peut vous arriver dans ce Mercedes GLE

Mercedes a basé son nouveau concept ESF (Experimental Safety Vehicle) sur un GLE.

Valentin Langard | Le 21 mai 2019 |

En savoir plus à ce sujet :

Ceci n’est pas un GLE ordinaire. Vous aviez remarqué ? Ce GLE est le dernier en date d’une longue série de prototypes ESF (Experimental Safety Vehicule) et délivre « un aperçu des idées actuellement explorées par les experts en sécurité de la marque ». Une partie de cette technologie pourrait bien être sur votre prochaine voiture. Le reste relève de la science-fiction.

Tout d’abord, l’ESF 2019 part du principe que les véhicules électriques et/ou autonomes vont se démocratiser. De tels véhicules « nécessitent de différentes mesures de sécurité pour les occupants », explique la marque, à cause « de leurs aménagements intérieurs plus flexibles », mais aussi des systèmes qui aideront les autres usagers à « savoir intuitivement ce qu’un véhicule autonome s’apprête à faire ».

A cette fin, les ceintures de sécurité de l’ESF 2019 sont intégrées aux sièges avant, et l’airbag conducteur est placé dans le tableau de bord. Le volant (là où vous trouveriez habituellement ledit airbag), peut se rétracter (dans le tableau de bord lui aussi) dès que le véhicule passe en mode autonome. Sa forme rectangulaire lui permet de ne pas empiéter sur l’emplacement de l’airbag (et puis tout le monde sait que dans le futur, les volants sont rectangulaires).

Dehors, la calandre, la lunette arrière et les LEDs sur le toit sont capables de communiquer avec les piétons et les autres conducteurs. Pas pour dire « merci pour la queue de poisson co***** », mais plutôt pour prévenir de dangers éventuels ou laisser savoir aux autres ce que l’ESF fait et pourquoi. À l’avant, les phares peuvent aussi contribuer en projetant des symboles sur la route.

En cas d’urgence, il y a aussi un petit robot qui peut se déployer depuis l’arrière de la voiture et se ranger sur le bord de la route pour faire office de triangle de pré-signalisation. Au besoin il active lui-même les systèmes de sécurité et d’assistance, pouvant même empêcher physiquement le conducteur de bouger. Si l’ESF pense que vous allez être percuté par l’arrière, il accélèrera (dans la mesure du possible) pour minimiser l’impact. Et s’il pense que vous allez trop vite à l’approche d’une courbe, il resserre un peu votre ceinture.

Les sièges arrière comprennent tout un nombre de précautions pour s’assurer que les passagers sont bien attachés, comme par exemple des ports USB qui ne fonctionnent que si la ceinture est mise.

Le dernier ESF datait de 2009, et a vu plusieurs de ses fonctionnalités transposées sur des véhicules de série. Celui-ci sera présenté à des experts lors d’une convention aux Pays-Bas en juin, tandis qu’il nous faudra attendre jusqu’au Salon de Francfort en septembre pour le découvrir.

Articles associés

Plus d'articles