Dix ans après : Renault Mégane RS R26.R vs Trophy-R

Une décennie sépare la Mégane RS R26 R de la dernière Trophy-R. D’une super-GTI hardcore à l’autre, qu’est-ce qui a changé ?

La rédaction | Le 8 janvier 2020 |

8

Là où la Trophy-R à du punch à revendre en ligne droite, la R26.R manque cruellement de couple. Il faut donc pressurer le quatre-cylindres en permanence et refaire son retard dans les virages. Et ça, elle sait faire. Jouer du levier à débattement court pour rester suffisamment haut dans les tours, puis la jeter dans le virage. Le grip invraisemblable des semi-slicks Toyo R888 fait le reste. Et parce qu’elle si légère, la R26.R peut se contenter d’une suspension plus souple que celle de la voiture standard. Coup double : non seulement le confort est supportable, mais en plus elle adore lever la patte arrière.

En savoir plus à ce sujet :

Articles associés