Officiel : Ferrari revient au Mans en Hypercar !

Pour la première fois depuis 50 ans, Ferrari jouera la victoire dans la Sarthe en 2023, et ce face à Porsche, Audi, Peugeot et Toyota. Arrêtez de vous pincer, vous avez bien lu.

La rédaction | Le 24 février 2021 |

En savoir plus à ce sujet :

Le rêve éveillé des fans d’Endurance se poursuit. Après Toyota, Glickenhaus, Peugeot, Audi et Porsche, c’est Ferrari qui a confirmé cet après-midi son intention d’aligner des voitures dans la catégorie reine du championnat WEC, et donc aux 24 Heures du Mans. Ferrari. FE-RRA-RI. Qui n’a pas mis les pieds dans la Sarthe en tant qu’écurie d’usine depuis… 1973.

Maranello annonce avoir d’ores et déjà amorcé le développement de sa LMH. Le design et les simulations, dans un premier temps, en attendant l’annonce du programme d’essais sur circuit, du nom de la voiture et des équipages. Arrivée prévue en 2023 pour une affiche fantasmagorique, comme on n’en a plus vu depuis 1999 (BMW, Toyota, Audi, Mercedes, Nissan, Panoz). À noter que Ferrari a choisi la voie du LMH, donc une approche 100 % constructeur à l’instar de Toyota et Peugeot. Porsche et Audi ont préféré opter pour la réglementation LMDh simplifiée (châssis LMP2, boîte de vitesses et système hybride standardisés) et surtout reconnue aussi bien en WEC que dans le championnat IMSA américain.

Le palmarès de Ferrari au Mans est ancien, mais éminemment respectable : neuf victoires au général, dont la dernière en 1965 avec une 250 LM, face à un obscur petit artisan nommé Ford. Soit le troisième plus grand nombre de trophées derrière Porsche (19) et Audi (13). Le dernier engagement d’une Ferrari en Sport-prototype remonte à la fin des années 1990 avec la 333 SP, mais aux mains d’écuries privées. Depuis, Ferrari s’est surtout illustrée en GT, la 488 ayant par exemple remporté la catégorie LM GTE Pro en 2019 (au temps béni où il y avait encore du public dans les tribunes), et avant elle la 458 en 2012 et 2014.

« En plus de 70 ans de course automobile sur les circuits du monde entier, nous avons mené nos voitures de sport à la victoire en explorant des solutions technologiques de pointe : des innovations nées sur la piste, qui rendent chaque voiture de route produite à Maranello extraordinaire, se réjouit le président de Ferrari John Elkann. Avec le nouveau programme Le Mans Hypercar, Ferrari montre une fois de plus son engagement et sa détermination à être un acteur des plus grands événements mondiaux du sport automobile. »

« L’annonce de l’engagement de Ferrari en Championnat du Monde d’Endurance de la FIA avec une Hypercar à partir de 2023 est une excellente nouvelle pour la FIA, l’ACO et le sport automobile dans son ensemble, a salué de son côté Jean Todt, patron de la FIA (et accessoirement ancien directeur de la marque Ferrari et team manager de la Scuderia en Formule 1). Je crois au concept d’Hypercars routières adaptées à la compétition en FIA WEC et aux 24 Heures du Mans. J’ai hâte de voir cette marque légendaire entreprendre ce projet ambitieux. »

« Nous avons pris beaucoup de risques en développant le concept Le Mans Hypercar, a souligné Richard Mille, président de la commission Endurance de la FIA, et il a fallu beaucoup d’efforts et de persévérance pour définir les règles qui incarnent ce que nous voulions que soit le LMH, notamment le fait de permettre différentes philosophies quant à l’approche technique et esthétique des voitures. […] Même s’il reste encore beaucoup de travail, nous assistons à un moment historique et d’ici quelques années, la grille de départ du WEC devrait être la plus compétitive de tous les temps. »

En l’absence d’images de la nouvelle Hypercar Ferrari du Mans, c’est un rendu 100 % non officiel qui illustre cet article. Mais si la voiture pouvait ressembler ne serait-ce qu’un tout petit peu à ça…

Image: Sean Bull

Articles associés