Jaguar : le guide du débutant

Des side-cars aux SUV électriques en passant par la Type E et les victoires au Mans, voici tout ce qu'il faut savoir du félin anglais

| Le 5 juin 2021 |

7

Quel a été le meilleur moment de Jaguar ?

Il faudrait vraiment être de mauvaise foi pour en choisir un autre. Sans la Type E, lancée en 1961, Jaguar ne serait pas Jaguar.

En plus de sa beauté ensorcelante, la Type E peut se se targuer d’avoir connu des débuts légendaires quand il fut demandé à Bob Berry, le patron des relations publiques de Jaguar,de tout lâcher pour partir présenter la Type E au salon de Genève en urgence. Au lieu de la faire transporter par camion, il a préféré conduire la fameuse Type E Coupé « 9600 HP » jusqu’au Léman. Malgré le brouillard entre Calais et Reims, Bob Berry arrivera au terme de son périple avec 20 minutes… d’avance ! « C’était le trajet le plus incroyable et je ne l’oublierai jamais », raconte-t-il. Devant le succès de la voiture à Genève, une Type E Roadster « 77 RW » est appelée en renfort et amenée – par la route – par le pilote-essayeur maison Norman Dewis.

Même si le rachat par Tata en 2008 – et la création du groupe Jaguar-Land Rover – aura probablement été plus décisif pour l’avenir de la marque, la légende de Jaguar n’aurait pas été aussi glorieuse sans la Type E. Et sans elle, il n’y aurait pas les Eagle…

En savoir plus à ce sujet :

Articles associés