Le Skoda Enyaq iV est un SUV électrique chic et tchèque

Après la Citigo e iV, Skoda passe la vitesse supérieure dans l'électrique avec l'Enyaq, un SUV familial promettant jusqu'à 510 km d'autonomie. Et une version RS de 306 ch...

La rédaction | Le 2 septembre 2020 |

En savoir plus à ce sujet :

Ceci est le nouveau Skoda Enyaq iV. Il s’agit de la première Skoda basée sur la plate-forme électrique MEB du groupe Volkswagen, celle des Volkswagen ID.3 et Cupra el Born. C’est surtout un SUV électrique familial 100 % électrique dont l’autonomie pourra atteindre les 510 km en cycle WLTP.

La gamme se composera en France de pas moins de cinq motorisations. Le paisible Enyaq iV 50, avec une batterie de 55 kWh et un moteur de 148 ch, annonce une autonomie de 340 km et un 0 à 100 km/h en 11,4 s. Viennent ensuite l’Enyaq iV 60 (62 kWh, 179 ch, 390 km d’autonomie, 0 à 100 km/h en 8,7 s), et l’Enyaq iV 80 (82 kWh, 204 ch, 500 km, 8,5 s). Toutes ces versions sont des propulsions, rechargeables à 50 kW en série et jusqu’à 125 kW.

C’est au-dessus qu’on entre dans le vif du sujet avec l’Enyaq iV 80 4×4, qui reprend la batterie 82 kWh mais profite d’un deuxième moteur sur le train avant pour atteindre 265 ch et passer de 0 à 100 km/h en 6,9 s, en contrepartie d’une autonomie retombant à 460 km. Enfin, l’Enyaq iV RS 4×4 affichera 306 ch, pour une autonomie identique et un 0 à 100 km/h en 6,2 s. Toutes les versions sont bridées à 160 km/h.

Mais assez de chiffres, parlons automobile. Cousin tchèque du futur Volkswagen ID.4, l’Enyaq est à peu de chose près du gabarit d’un Kodiaq, à peine plus court (4,65 m), aussi large (1,88 m) mais sensiblement plus bas (1,61 m), sur un empattement de 2,76 m(- 3 cm). Plutôt élégant malgré son capot court et sa ceinture de caisse haut perchée, il arbore un style dans la droite ligne des derniers modèles thermiques de la marque. Outre un kit carrosserie suggestif, la version RS se distingue par sa calandre illuminée. BMW et Rolls font des émules…

L’habitacle ne dépaysera pas non plus ceux qui sont déjà montés dans les Scala, Kamiq ou la dernière Octavia, hormis peut-être la surface record de l’écran tactile central (13 pouces en haut de gamme, 10 en série) et l’arrivée d’un affichage tête haute (à réalité augmentée) pour la première fois sur une Skoda. Il y a aussi Laura, l’assistant vocal capable de comprendre 15 langues. Et beaucoup de place pour les passagers puisque Skoda promet un espace intérieur comparable à ce qu’offre le généreux Kodiaq, sans la troisième rangée de sièges de ce dernier.

Le coffre ne pourra en revanche pas tout à fait rivaliser (720 l sur le Kodiaq), mais il y aura de quoi voir venir avec 585 l. Skoda oblige, on trouvera un ensemble de cales et de filets pour optimiser le chargement, ainsi que de nombreux rangements à bord dont une vaste « Jumbo Box » sous l’accoudoir central et divers emplacements pour des bouteilles et des smartphones. Il y aussi un parapluie dans la portière conducteur. Skoda n’a pas précisé si de futures versions s’occuperaient de repasser le linge et de sortir les poubelles.

Rendez-vous début 2021 pour les premières livraisons, avec en tête d’affiche une Founder’s Edition limitée à 1 895 unités (clin d’oeil à l’année de naissance de la marque tchèque sous le nom de Laurin & Klement), en vert d’eau sur les photos ci-dessus. « Le lancement de l’Enyaq iV marque le début d’une nouvelle ère pour Skoda« , se réjouit le PDG Thomas Schäfer. Il permettra aussi au marché de prendre la température dans le no man’s land de la familiale électrique généraliste…

Articles associés

Plus d'articles