La Toyota Aygo X est arrivée

À peine aseptisée par rapport au concept, la troisième génération de la minicitadine Toyota joue les SUV de poche

La rédaction | Le 7 novembre 2021 |

En savoir plus à ce sujet :

Vous vous rappelez le fringant concept Toyota Aygo X Prologue du mois de mars ? Voici déjà sa version de série, qui n’a presque rien perdu en caractère avec ses épaules bien carrées et sa livrée bicolore façon Smart.

Aygo X, et non plus Aygo tout court. Car voyez-vous, cette troisième du nom, qui dit adieu à ses cousines Peugeot 108 et Citroën C1, n’est plus une simple minicitadine : elle devient officiellement un « crossover urbain », à l’instar d’une Suzuki Ignis. Avec des mensurations proches de cette dernière, l’Aygo X (prononcez Aygo Cross) est d’ailleurs beaucoup, beaucoup plus encombrante que sa devancière : 3,70 m de long (+ 24 cm), 1,74 m de large (+ 13 cm), 1,51 m de haut (+ 5 cm). Pour se faufiler dans la jungle urbaine, ce ne sera plus la même chanson, même si Toyota promet un diamètre de braquage toujours remarquable : 9,4 m avec les jantes 17 pouce standard, c’est 20 cm de moins que l’ancienne Aygo et ses roulettes de 14 pouces.

Basée sur une plate-forme de Yaris raccourcie, l’Aygo X profite d’un empattement 9 cm plus long que celui l’Aygo II (soit 2,43 m). On verra si elle pourra l’exploiter en offrant une habitabilité intéressante, à défaut d’un coffre qui sorte du lot (231 l, + 60 l). Malgré sa largeur considérable pour une voiture de segment A, l’Aygo X se cantonne toujours à deux places arrière, dont les passagers devront une nouvelle fois se contenter de vitres à compas. Aucune carrosserie trois portes n’est prévue.

En dépit de cette parenté avec la Yaris, il n’est pas question d’hybridation pour l’instant. Et encore moins d’une GR Aygo, arrêtez de vous faire du mal. Dommage, la bouille teigneuse de l’Aygo X s’y serait bien prêtée. Il faudra toujours composer avec le modeste (mais excellent) trois-cylindres 1.0 atmosphérique maison, développant 72 ch pour 93 Nm. Chaud devant… Toyota annonce un 0 à 100 km/h en 15,6 s et une vitesse maxi de 158 km/h avec la boîte manuelle à cinq rapports (15,5 s et 151 km/h en CVT, miam). Bref, un crossover urbain qui, par la force des choses, semble pour une fois mériter cette appellation… L’absence (provisoire ?) de motorisations plus ambitieuses est d’autant plus regrettable que Toyota vante un confort et une insonorisation dignes du segment supérieur.

Également proposée dans une version Air dotée d’un toit en toile (similaire à celui de l’ancienne Aygo X-Wave) et automatiquement associée à des jantes 18 pouces, l’Aygo X pourra compter sur un nuancier comprenant quatre livrées exclusives : vert Cardamome, rouge Piment, beige Gingembre et bleu Genièvre, potentiellement ourlées de noir sur les montants de pare-brise, le toit, la poupe et les bas de caisse selon les finitions.

Toyota a aussi soigné la présentation intérieure avec un grand écran atteignant 9 pouces en haut de gamme, intégré dans une console centrale toute en rondeurs. Au menu, un éclairage d’ambiance, un chargeur à induction, des mises à jour automatiques à distance, et un arsenal de d’assistances à l’exhaustivité inédite sur le segment (régulateur adaptatif, feux de route intelligents, aide au maintien dans la file).

Reste à savoir à quel point la facture s’en ressentira quand l’Aygo X arrivera en concession vers le printemps 2022…

 

Articles associés