Le nouveau Hyundai Tucson sort le grand jeu

La quatrième génération du SUV coréen mise sur un style osé et une hybridation systématique

La rédaction | Le 15 septembre 2020 |

En savoir plus à ce sujet :

Un concept car ? Non, la nouvelle mouture d’un des best-sellers chez les SUV familiaux : le Hyundai Tucson, quatrième du nom, dont l’arrivée en concession est prévue fin 2020. Si, si, quatrième : l’iX35, qui a fait l’intérim de 2009 à 2015, s’appelait bien Tucson en Corée et en Amérique du Nord.

Le nouveau Tucson, disions-nous. Il s’agit du premier SUV Hyundai à adopter l’identité « sensuous sportiness » explorée par les derniers concept cars de la marque (mais aussi par la nouvelle i20 et l’Elantra américaine). On note les feux et la calandre d’un seul bloc, une fusion renforcée par la signature lumineuse qui fait écho à la texture de la grille. Comme un regard de Mercedes EQC, non ? Les ailes à facette évoquent l’univers Lexus, les griffes des feux arrière ne dépareraient pas sur une Peugeot. Le tout ne passera assurément pas inaperçu dans le trafic.

Malgré ses muscles saillants, le nouveau Hyundai Tucson a une empreinte au sol presque identique à son prédécesseur : 4,50 m de long (+ 2 cm, dont 1 cm pour l’empattement qui contribue à augmenter la longueur aux jambes de 2,6 cm à l’arrière) et 1,86 m de large (+ 1 cm). Le coffre varie entre 546 l et 616 l en configuration cinq places selon les versions (1 756 à 1 795 l banquette rabattue), la plus vaste étant étonnamment l’hybride malgré sa batterie sous le plancher de coffre.

À bord… pardon, dans l’INTERSPACE, le Tucson a également le sens du spectacle. L’instrumentation est désormais un écran numérique 10 pouces sans casquette, posé sur le jonc chromé qui souligne l’intégralité de la ceinture de caisse tout en intégrant élégamment les aérateurs latéraux. Superbement épurée, la console centrale accueille un écran tactile 10 pouces horizontal (8 pouces en entrée de gamme). Il affleure au-dessus de platines de climatisation – trizone, s’il vous plaît, avec potentiellement des sièges chauffants à l’avant ET à l’arrière – et d’autoradio désormais tactiles à la manière des dernières Audi. Ce n’est pas forcément un compliment d’un point de vue ergonomique. Même combat pour le sélecteur de boîte automatique, remplacé par quatre boutons. L’éclairage d’ambiance à dix niveaux d’intensité offre un choix de 64 couleurs, ce qui devrait occuper les enfants pendant à peu près autant de secondes.

Contrairement au précédent qui n’était plus disponible qu’en Diesel, le nouveau Tucson proposera des quatre-cylindres 1.6 essence (150 ch) et Diesel (136 ch), tous deux associés à une hybridation légère 48 V. La boîte à double embrayage et sept rapports sera optionnelle sur l’essence, imposée sur le Diesel, ce dernier étant disponible au choix en deux ou quatre roues motrices. Mais la grande nouveauté, c’est l’arrivée de deux véritables versions hybrides : une simple de 230 ch (en traction), et une rechargeable (intégrale) plus puissante qui arrivera début 2021 pour défier les Peugeot 3008 HYbrid4 et Toyota RAV4 Hybride Rechargeable, en même temps qu’une finition sportive N Line.

 

 

 

Articles associés

Plus d'articles