Lamborghini est maintenant une marque de SUV qui fait aussi des supercars

L’Urus fait un carton… et ses ventes record financent les descendantes hybrides de l’Aventador et de l’Huracan

La rédaction | Le 17 janvier 2020 |

En savoir plus à ce sujet :

Si vous vous imaginez toujours l’usine Lamborghini comme un hangar bien tranquille dans un coin d’Italie champêtre, où une poignée d’orfèvres se relaient pour assembler à la main des berlinettes pendant qu’un autre joue avec le papillon des gaz d’un V12, revoyez vos classiques.

Nous sommes en 2020, et Lamborghini est officiellement un constructeur de SUV.

La marque vient en effet de dévoiler ses chiffres de vente 2019, et ils sont… satisfaisants, c’est le moins qu’on puisse dire. Malgré la chute vertigineuse du marché chinois, Lamborghini a réalisé un exercice 2019 mirobolant puisque les ventes ont grimpé de 43 %. En tout, 8 205 nouvelles Lamborghini ont été livrées. Voilà qui a dû donner un coup de fouet aux stats d’Instagram.

Ce record doit beaucoup au marché américain, qui s’est accaparé presque 2 500 autos dans la production de Sant’Agata en 2019. Et surtout, vous l’avez deviné, à l’arrivée de l’Urus. Pour sa première année pleine, le SUV s’est écoulé à 4 962 exemplaires, soit LA MOITIÉ des ventes de la marque.

Ce n’est pas forcément rassérénant si vous espérez que le monde retrouve enfin la raison et se détourne des SUV, ces engins inutilement encombrants, lourds et voraces. Voyez le verre à moitié plein : c’est une excellente nouvelle pour les passionnés, puisque ces finances au beau fixe vont permettre à Lamborghini de mettre le paquet sur le développement des supercars. Porsche démontrer l’efficacité de ce modèle économique depuis presque vingt ans avec les Cayenne puis Macan.

En parlant de supercars, elles aussi ont réalisé des chiffres honorables en 2019. Alors qu’elle s’apprête à fêter ses dix ans, l’Aventador a ainsi trouvé sa place dans 1 104 nouveaux boxes l’année passée, notamment grâce aux extravagantes SVJ et SVJ Roadster. Qui a dit qu’un chrono sur le Nürburgring ne faisait plus vendre ?

Pendant ce temps-là, la nouvelle Huracán Evo (à présent disponible en deux roues motrices pour plus de piquant) a été diffusée à 2 139 exemplaires. Au bout de cinq ans de carrière, l’Huracán s’est déjà mieux vendue que la Gallardo en dix ans [insérer bruit de caisse enregistreuse].

Ah oui, encore une dernière bonne nouvelle : même si les plus gros marchés de Lamborghini restent les Etats-Unis, la Chine et le Royaume-Uni, son Italie natale a aussi enregistré des ventes record avec 370 voitures, soit seulement 17 de moins que tout le Moyen-Orient. Vive le commerce de proximité.

Articles associés

Plus d'articles