Le Mercedes GLC évolue en douceur

Des moteurs à la page et des écrans en pagaille pour le SUV familial de Stuttgart

La rédaction | Le 28 février 2019 |

En savoir plus à ce sujet :

Pas la peine de gâcher de précieuses secondes à essayer de trouver ce qui a changé sur le Mercedes GLC restylé. Des optiques timidement redessinées, un petit coup de chrome, et c’est à peu près tout pour le concurrent des BMW X3 et Audi Q5. Ça manque toujours de piquant, mais ça ne l’a jamais empêché de faire un carton jusque-là.

Si vous le voulez bien, concentrons-nous plutôt sur les vraies infos. D’abord, derrière cette grille de calandre virilisée, on trouve une nouvelle famille de moteurs. Vous voulez votre GLC en essence ? Vous aurez le choix entre deux 2.0 développant respectivement 197 ch (GLC 200) et 258 ch (GLC 300), et associés à une hybridation 48 volts (un alterno-démarreur ajoutant 14 ch et 150 Nm).

Malgré son arrivée en fanfare dans le monde merveilleux de la voiture électrique avec sa marque EQ, Mercedes a investi récemment plus de deux milliards d’euros dans les moteurs Diesel. Le GLC sera proposé avec trois 2.0 de 163 ch (200d), 194 ch (220d) et 245 ch (300d). Toutes les motorisations sont associées à une boîte automatique à neuf rapports et une transmission intégrale. Le GLC hérite aussi de l’amortissement piloté Dynamic Body Control, jusqu’alors réservé au GLC Coupé (qui ne saurait tarder à profiter à son tour d’un petit rafraîchissement, de même que les versions AMG).

À bord, on retrouve le système infotainment MBUX introduit sur la nouvelle Classe A, avec sa fameuse commande vocale « Hey Mercedes » (ou « Hey Maurice » après personnalisation, c’est vous qui voyez) et son GPS à réalité augmentée. Ainsi que l’éclairage d’ambiance auto-adaptatif de la nouvelle CLA (qui illumine la zone dont vous approchez votre main, magique).

La vie des Jaguar F-Pace et Alfa Romeo Stelvio vient juste de se compliquer encore un peu.

 

Articles associés