9 tendances automobiles qu’on voudrait voir en 2019

Beaucoup de choses à espérer pour l’année à venir. Certaines plus réalistes que d’autres…

La rédaction | Le 2 janvier 2019 |

En savoir plus à ce sujet :

Du design à la technologie en passant par quelques considérations hautement philosophiques sur l’avenir de l’automobile, ça ne coûte rien de faire quelques voeux pieux pour 2019.

 

Des voitures chinoises enfin compétitives

Voilà au moins dix ans qu’on nous bassine avec l’industrie automobile chinoise qui serait sur le point de conquérir le monde. On attend toujours… Certes, la Chine a une énorme influence sur le marché mondial : c’est en grande partie pour lui plaire que les constructeurs occidentaux produisent tous ces gros SUV à la calandre hypertrophiée et aux chromes envahissants. Mais la production locale se résume encore trop souvent à des voitures électriques mortes-nées et des clones pathétiques de Range Rover Evoque. 2019 pourrait-elle être l’année où nous verrions enfin émerger un peu d’originalité et de stabilité au sein de ce gigantesque bouillon de culture ?

 

Des voitures plus légères

Une salve d’applaudissements pour la Suzuki Swift Sport (- 70 kg) et la BMW Série 3 (- 80kg), entre autres, pour avoir considérablement maigri par rapport à leur devancière. La légèreté est un cercle vertueux, et une solution tellement plus efficace que de blinder une voiture de technologie pour tenter de dissimuler son poids… Si tous les constructeurs consacraient autant d’efforts à alléger leurs autos (façon Alpine A110) qu’à les farcir de gadgets comme des feux de jour à LED ou les sièges électriques chauffants/ventilés/massants, le monde n’en serait que meilleur.

 

Des voitures plus petites

Une suggestion pour que les autos pèsent moins lourd : commencer par les faire plus compactes. Oui, oui, c’est impossible à cause des impératifs de la sécurité passive, bla, bla, bla. Mais on est arrivé à un point où la nouvelle Série 3 est aussi encombrante qu’une Série 5 E39, et où un Range Rover a besoin de deux places de parking pour ouvrir ses portières et délivrer ses passagers sans trop de contorsions. Il doit tout de même bien être à la portée de l’humanité de trouver un moyen de concevoir des autos qui rentrent dans un garage sans qu’il y ait besoin d’un bulldozer pour tasser.

 

Une jauge plus réaliste pour les voitures électriques

Les voitures électriques ne sont capables d’atteindre l’autonomie qu’elles annoncent que dans des conditions absolument idéales. Pas de problème : après tout, c’est aussi le cas d’une auto thermique ou d’un téléphone portable.

N’empêche que nous apprécierions que la jauge des voitures électriques prédise leur autonomie avec une précision supérieure à celle d’un horoscope. Allumer le chauffage réduit drastiquement l’estimation, mais soyez gentil avec l’accélérateur pendant quelques kilomètres et la voiture sera persuadée d’avoir plus d’autonomie qu’au départ… Un système de calibration un peu crédible, ce serait trop demander ?

 

Des voitures électriques avec de la personnalité

Pour rester dans les voitures électriques, nous n’aurions rien contre un peu de variété entre les différentes espèces. Même la plus affûtée d’entre elles, la Jaguar I-Pace, n’est pas très différente à conduire d’une Tesla. Et bien malin qui pourrait dire s’il est au volant d’une Tesla Model S ou Model X en conduisant à l’aveugle (NDLR : ne faites pas ça chez vous, même si votre auto prétend qu’elle dispose d’un « Autopilot »). Avec un peu de chance, la Porsche Taycan montrera un vrai caractère, et se hissera par conséquent au somment de la chaîne alimentaire. Le monde a besoin de voitures de caractère.

 

Des badges qui veulent dire quelque chose

On le sait, il n’est plus acceptable socialement d’évoquer la cylindrée de son moteur. Sauf si vous roulez en pick-up américain, évidemment. Avec un gros monogramme chromé sur le flanc pour étaler tous vos cm3 au premier coup d’oeil.

Quid de nomenclatures qui aient un rapport avec le moteur sous le capot, qu’il s’agisse de leur cylindrée ou de leur puissance ? Jaguar F-Type P380 : bien. Mercedes-AMG A35 : paaas bien. D’ailleurs, un mauvais point pour les voitures allemandes en général.

 

La fin de la course à la puissance

Un peu de bon sens, s’il vous plaît. Est-ce que chaque nouveauté a absolument besoin d’offrir 20, 30 ou 50 ch de plus que le modèle qu’elle remplace ? Une Porsche 992 Carrera est à présent aussi puissante qu’une 996 Turbo. Une Ferrari 488 Pista annonce 242 ch de plus qu’une F40… C’est n’importe quoi. Parfait pour les gros titres, mais les voitures en deviennent-elles pour autant plus amusantes à conduire ? Prenez le volant d’une Alpine A110 et vous serez convaincu du contraire. Hélas, il faudra bien du courage à BMW pour communiquer sur une M5 moins puissante que sa devancière.

 

Une réponse claire sur le Diesel

Plus de trois ans après l’affaire Volkswagen, le futur des voitures Diesel reste obscur. Porsche a plus ou moins arrêté ce type de motorisation, Mercedes en met sur certaines de ses hybrides. Jaguar et Land Rover ont vu leurs ventes globales chuter à cause de la part du Diesel dans leur mix. Et pendant ce temps-là, ce sont les voitures essence, et pas les électriques, qui tirent les marrons du feu.

Les pouvoirs publics, eux, surjouent la vertu en accusant le Diesel de tous les maux (mais en le favorisant dans le barème du malus écologique, allez comprendre) sans admettre qu’il reste irremplaçable à l’heure actuelle pour les gros rouleurs. Et en oubliant beaucoup trop vite que ce sont eux qui ont amorcé et encouragé la diésélisation du parc à grands coups d’avantages fiscaux à la pompe, de bonus écologiques et de primes à la casse. Espérons que 2019 clarifiera la situation, mais nous avons quelques doutes.

 

Des voitures re-belles

Un peu moins d’agressivité, des calandres moins prétentieuses, des lignes plus fluides : globalement, le design automobile aurait bien besoin d’un retour à plus de finesse et de sobriété. Il y a bien quelques très belles voitures par ci par là, mais la vraie élégance, pas tape-à-l’œil, est devenue rare. Pourtant, les lignes chargées et les grilles hypertrophiées vieillissent mal…

Articles associés