10 sportives qui feront 2019

De l'hypercar, de la GT, de la compacte sportive, il y en aura pour tous les goûts

Niels de Geyer | Le 28 décembre 2018 |

L’année prochaine, il y aura heureusement toujours une vie en dehors des cycles WLTP et de la voiture autonome. Bref aperçu des réjouissances à venir.

Aston Martin Valkyrie

Six ans après la « sainte trinité » des Porsche 918, McLaren P1 et LaFerrari, la course à l’armement est en passe de reprendre sur la planète des hypercars, avec des performances et des tarifs toujours plus délirants. En chef de file, l’Aston Martin Valkyrie, conçue par un Adrian Newey en pleine transe mystique autour d’un V12 6.5 atmosphérique de plus de 1 000 ch (intégralement transmis aux roues arrière) pour à peu près autant de kilos. Beaucoup moins excitant mais autrement crucial pour le bilan comptable de la marque, il y aura aussi le DBX, premier SUV Aston.

 

BMW M8

Avec ses relances cinglantes et son agilité de gros matou sous amphètes, la BMW M850i a laissé plus qu’entrevoir tout le potentiel de la nouvelle Série 8. Non sans une certaine froideur, qu’on comprend mieux rétrospectivement : il fallait bien en garder sous le pied pour la future M8… Ça s‘annonce sauvage.

 

Bugatti Divo

Quand la Chiron délaisse un peu la fonte pour aller bosser son cardio et son jeu de jambes, ça donne la Divo. Si la puissance du W16 8.0 quadriturbo reste inchangée (1 500 ch) et l’allègement symbolique (35 kg soit 1 960 au total, une vraie ballerine), la nouvelle Bugatti a droit à 90 kg d’appui aéro supplémentaire et des trains roulants revus pour prendre (encore) plus de G latéraux. Au détriment de la vitesse de pointe qui chute à « seulement » 380 km/h.

 

Corvette C8

On ne sait pas grand-chose de la prochaine génération de Corvette sinon un tout petit détail. Une broutille, vraiment : pour mieux continuer à titiller l’élite européenne et nippone, la plus emblématiques des voitures de sport américaines passera au moteur central arrière. Si, si, une Corvette avec le moteur derrière les appuie-tête. Ce monde ne tourne décidément plus rond.

 

McLaren Speedtail

On ne sait plus trop où donner de la tête devant l’hyperactivité de McLaren ces derniers mois, mais celle-là, on a retenu son nom. Et sa bobine de limande, fruit des amours interdites d’une 720S et d’une voiture du Marathon Shell. La Speedtail se veut l’héritière de la légendaire F1 avec son cockpit triplace à volant central et sa vitesse de pointe annoncée à 403 km/h. Outre son aéro léchée, elle misera pour cela sur un V8 hybride de 1 050 ch.

 

Mercedes-AMG One

Le duel s’annonce grandiose entre l’Aston Valkyrie d’un côté, issue du savoir-faire de Red Bull en F1, et de l’autre cette AMG One, qui n’a d’autre ambition que de transposer aussi directement que possible sur la route la technologie de la monoplace de Lewis Hamilton. Au noble V12 atmo et à la propulsion britanniques, la Mercedes opposera donc l’efficacité brute d’un V6 1.6 turbo associé à un moteur électrique sur chaque roue, dépassant là aussi le millier de chevaux pour un 0 à 200 km/h annoncé sous les 6 s.

 

Mercedes-AMG A45

Chez les compactes sportives non plus, la hache de guerre n’est pas près d’être enterrée. La deuxième génération d’A45 devrait franchir la barre des 400 ch pour reprendre la palme de la puissance à l’Audi RS3. Mais aussi mettre davantage l’accent sur le fun après une première génération ultravéloce mais au sens de l’humour très limité. Bonus, elle pourra aussi s’apprécier en saveur coupé quatre portes sous les traits de l’imminent CLA.

Porsche 911 type 992

Le Grand Tourisme a beau avoir connu un vrai renouveau au cours de la dernière décennie, à la fin, c’est toujours la 911 qui gagne. Plus baraquée, plus puissante, plus technologique, la nouvelle 992 fera tout pour que cela continue.

 

Porsche Taycan

2019 sera aussi l’an I de la voiture électrique chez Porsche, qui sort l’artillerie lourde pour enfin riposter à Tesla. Petite sœur zéro émission de la Panamera, la Taycan annonce 600 ch grâce à un moteur électrique sur chaque essieu, et un 0 à 100 km/h en 3,5 s pour une autonomie de 500 km. Suivront ensuite une version break de chasse Sport Turismo, puis la cousine Audi e-tron GT.

 

Toyota Supra

Vous vous souvenez du vent de fraîcheur qu’avait fait souffler la Toyota GT86 à son arrivée ? La nouvelle Supra est bien partie pour faire de même à l’étage au-dessus, en privilégiant encore une fois les sensations de conduite à l’efficacité pure. Même si elle doit s’appuyer pour cela sur une base mécanique BMW, mais il serait franchement mesquin de faire la fine bouche : non seulement la plate-forme et le six-cylindres du Z4 sont des mets de premier choix, mais de toute façon la Supra n’aurait pas existé sans cette synergie. Débat clos (sauf si Toyota se met à évoquer « le mythique six-cylindres en ligne de la Supra » en parlant d’un moteur BMW, forcément).

Articles associés

Plus d'articles