La nouvelle Supra 4 cylindres est encore plus agile (c’est Toyota qui le dit)

Après le 6 cylindres du BMW Z4, la Toyota Supra hérite de son 2 litres. Et perd 100 kg au passage. Less is more ?

La rédaction | Le 15 janvier 2020 |

En savoir plus à ce sujet :

On a attendu le retour de la Supra pendant près de deux décennies, on est servi. Lancée avec un six en ligne 3.0 litre turbo (qui vient de chez vous savez qui), elle élargit sa gamme par le bas avec une version 4 cylindres 2.0 litre turbo dont les ventes seront ouvertes en mars 2020.

De l’extérieur, difficile de voir la différence. Mêmes sorties d’échappement, pas de badge « 2.0 ». La Supra que vous voyez sur ces photos est un des 200 exemplaires de l’édition Fuji Speedway, qui se distingue notamment par des jantes de 19 pouces au lieu de 18 en série (19 pouces sur la 3 litres), et quelques touches de rouge sur les étriers de frein et les coques de rétroviseur.

C’est évidemment sous le capot que ça se passe. Vous y trouverez un 2 litres turbo délivrant 258 ch et 400 Nm, transmis aux roues arrière par une boîte automatique à huit rapports (le BMW Z4, lui, peut être équipé d’une boîte manuelle avec cette même motorisation).

Cette version Premiers Pas de la Supra est déjà bien assez performante puisqu’elle abat le 0 à 100 en 5.2 s (pour une vitesse de pointe bridée à 250 km/h comme sur la 3 litres. C’est 0,9 s de plus que la « grosse » Supra avec ses 340 ch et 500 Nm (officiels, puisque on serait apparemment plus proche des 380 ch et 520 Nm selon certains passages au banc).

Non seulement la Supra 4 cylindres ne sera pas du tout ridicule devant le chrono, mais elle s’annonce redoutablement efficace. Ce sera la version à choisir pour partir à la chasse aux virages. Et ce n’est pas une supposition en l’air que nous faisons sans l’avoir conduite, c’est Toyota qui le dit.

La marque annonce en effet que cette version 2.0 litre est 100 kg plus légère, pour une répartition des masses toujours idéale à 50:50. Toyota assure que « cette nouvelle motorisation profite à la dynamique de la GR Supra et s’adresse une clientèle plus large ». En français, ça veut dire qu’elle sera moins chère, mais on ne sait pas encore de combien. Rappelons qu’il faut compter au bas mot 65 900 € pour une Supra 3 litres, dont le malus WLTP sera par ailleurs quelque 6 000 euros plus élevé en entrée de gamme que celui de cette nouvelle version 4 cylindres.

« En plus d’être un atout commercial supplémentaire, ce moteur plus léger et plus compact que le 3.0 litres, améliore les  caractéristiques d’inertie du véhicule et l’équilibre du châssis, pour une tenue de route encore plus incisive », insiste Toyota.

Ça promet… Et sinon, si vous voulez vraiment revenir aux fondamentaux de la propulsion, il reste toujours l’humble mais fabuleuse GT86.

Articles associés

Plus d'articles