L’Audi Q5 a été restylé

Pour sa phase 2, le Q5 adopte profite de lignes légèrement revues, d'une mise à jour technologique et de feux arrière OLED polymorphes

la rédaction | Le 30 juin 2020 |

En savoir plus à ce sujet :

Lorsqu’il s’agit de renouveler ses modèles, Audi a rarement été un adepte de la table rase. Alors pour déceler un simple restylage de mi-carrière, autant dire qu’il faut ouvrir l’œil.

C’est le cas sur ce Q5 phase 2, qui ressemble terriblement à la phase 1 lancée en 2017. En y regardant de plus près, le meilleur ennemi des BMW X3, Mercedes GLC et Volvo XC60 a cependant droit à une calandre élargie, désormais octogonale et chromée plus parcimonieusement. Elle est entourée par des optiques subtilement effilées aux LEDs plus agressives, et par des prises d’air plus verticales. Le dessin évolue encore plus discrètement à la poupe, où les feux sont à présent reliés par un jonc contrasté.

Sous des contours inchangés, ces feux arrière font appel à une technologie OLED qui autorise trois signatures lumineuses différentes, chacune associée à des animations spécifiques au déverrouillage et au verrouillage. La signature lumineuse change aussi lorsqu’on sélectionne le mode Dynamique, sans doute pour mieux prévenir les autres automobilistes qu’on en a gros. Et quand une voiture s’approche à moins de deux mètres de votre bouclier arrière à l’arrêt, tout ce que le Q5 restylé compte de feux arrière s’illumine. Il ne semble pas prévu que cela fonctionne aussi sur une file de gauche d’autoroute, par exemple pour dissuader un coreligionnaire de venir vous renifler d’un peu trop près en pleins phares.

À bord, l’écran central grandit (10 pouces au lieu de 8) et devient tactile, ce qui éradique la molette de contrôle. Celle-ci laisse place à un petit rangement sur la console centrale. Contrairement au Q7, le Q5 restylé conserve en revanche sa bonne vieille platine de climatisation analogique, ce qui évitera de perdre de précieuses secondes à chercher des yeux des commandes tactiles. La très agréable instrumentation numérique Virtual Cockpit est évidemment toujours du voyage.

Audi promet une ergonomie des menus limpide, et une réactivité en net progrès grâce à un processeur dix fois plus puissant que sur l’ancien système infotainment. Intégrant Amazon Alexa, le nouveau est paré pour communiquer avec les infrastructures connectées, ce qui permet par exemple à la voiture dans certaines villes d’anticiper les feux rouges pour optimiser les temps de trajet et les consommations.

Comme sur les dernières nouveautés du groupe Volkswagen, nombre de données embarquées, comme des destinations GPS ou des positions de conduite, peuvent être uploadées sur le cloud afin d’être réutilisées dans d’autres Audi.

Au lancement, le Q5 restylé ne sera disponible qu’avec le 2.0 TDI de 204 ch (40 TDI), revu pour accueillir notamment une double injection d’AdBlue et une hybridation légère. Il sera ici associé à une boîte S tronic 7 rapports et une transmission intégrale. La gamme devrait rapidement s’étoffer avec le retour de quatre-cylindres essence, de six-cylindres et de versions hybrides rechargeables.

Le Q5 arrivera en concession à l’automne 2020. En attendant que le catalogue retrouve son épaisseur d’antan, il faudra compter 55 100 € pour un Audi Q5 40 TDI en finition Design.

 

 

Articles associés

Plus d'articles