Peugeot de retour aux 24 Heures du Mans avec une Hypercar

Un constructeur ressort ses griffes ! Rendez-vous en 2022 en WEC, et en 2023 dans la Sarthe

Niels de Geyer | Le 13 novembre 2019 |

En savoir plus à ce sujet :

Vous le sentez, ce parfum de GT1 des années 90 qui flotte sur l’endurance en ce moment ? La nouvelle réglementation Hypercar, qui s’apprête à succéder au LMP1 lors de la saison 2020-2021 en tant que catégorie reine du World Endurance Championship (WEC), avait déjà séduit Aston Martin, Toyota et Glickenhaus. On attendait McLaren, Porsche, Ferrari, Lamborghini ou Koenigsegg – Mercedes a déjà décliné – mais ce mercredi, c’est Peugeot qui a officialisé à son tour son engagement.

Il faudra attendre 2022 pour les premiers tours de roue du proto au Lion, donc 2023 pour le voir sur la ligne de départ des 24 Heures du Mans, lors de ce qui sera la troisième édition de la course au format Hypercar. Les modalités sportives et techniques de cet engagement seront précisées début 2020, promet la marque, qui compte trois victoires au Mans à son tableau de chasse (1992 et 1993 avec la 905, 2009 avec la 908).

Tête d’affiche d’un passionnant duel avec Audi dans la Sarthe à la fin des années 2000, Peugeot avait tué sa 908 en 2011 sans prévenir sur fond de crise économique, avant de partir à la (re)conquête de Pikes Peak et du Dakar, sans oublier un passage en WRX. Actuellement aux premières heures d’une vaste offensive hybride et électrique sur ses modèles de série, Sochaux ne cache pas avoir été alléché par la perspective d’offrir une vitrine à sa technologie dans un cadre financier maîtrisé, deux promesses de la réglementation hypercar. On en reparlera dans quelques années quand les écuries d’usine se battront à coup de centièmes en jouant au chat et à la souris avec la Balance of Performance…

« L’évolution du WEC correspond aujourd’hui à la transition que nous vivons avec l’électrification de notre gamme et la mise sur le marché de produits à haute performance électrifiés, préfigurés par le Concept 508 Peugeot Sport Engineered et développés par PSA Motorsport, souligne Jean-Philippe Imparato, directeur de la marque Peugeot.

Si Aston Martin et Toyota restent fidèles au poste et que d’autres constructeurs viennent se joindre à la fête comme prévu, on se dirige donc peut-être vers un nouvel âge d’or de l’endurance, après trois ans à regarder les protos nippons faire la course tout seuls. Vivement 2021.

Illustration : Peugeot L750 R Hybrid Vision GranTurismo

Articles associés

Plus d'articles