La 508 PSE est la Peugeot de série la plus puissante de l’histoire

Forte d'une motorisation hybride rechargeable de 360 ch et de quatre roues motrices, la 508 Peugeot Sport Engineered s'attaque aux Audi S4, BMW M340d et Volvo S60 T8.

La rédaction | Le 24 septembre 2020 |

En savoir plus à ce sujet :

Au salon de Genève 2019 – c’était le bon temps –, Peugeot avait présenté un prototype de 508 « Peugeot Sport Engineered », et nous avait promis qu’elle arriverait en production un an plus tard. Un an plus tard, c’est-à-dire… maintenant, quelques jours après avoir annoncé en grande pompe son retour au Mans avec une Hypercar hybride.

Veuillez donc accueillir la version définitive de la Peugeot 508 PSE. Cette hybride rechargeable à quatre roues motrices associe un 2.0 de 200 ch et un moteur électrique de 110 ch sur le train avant, à un autre moteur électrique de 113 ch sur le train arrière, pour 360 ch et 520 Nm cumulés. Elle étrenne en série le badge Peugeot Sport Engineered, qui désignera désormais toutes les Peugeot sportives électrifiées (« Peugeot sportives électrifiées » étant en passe de devenir un pléonasme).

Avec un 0 à 100 km/h en 5,2 s, 24,5 s sur le km départ arrêté, une vitesse bridée à 250 km/h et surtout 3 s pour reprendre de 80 à 120 km/h, la 508 se découvre de nouvelles ambitions, elle qui plafonnait jusqu’alors à 225 ch dans ses versions Puretech 225 et HYbrid. Sa référence officieuse ? L’Audi S4.

Visuellement, la 508 PSE reste fidèle au concept, avec un accastillage vert fluo « Kryptonite », des jantes 20 pouces, des boucliers et des bas de caisse spécifiques. La marque promet avoir « adapté le châssis de la 508 pour atteindre un compromis confort / comportement de très haute facture. » Outre des voies élargies de 24 mm à l’avant et 12 mm à l’arrière, elle a ainsi droit à un amortissement piloté à trois modes, des disques de 380 mm avec étriers fixes à quatre pistons à l’avant, des pneus Michelin Pilot Sport 4S et une direction aux petits oignons.

En mode tout électrique, la batterie 11,5 kWh annonce 42 km d’autonomie WLTP, à une vitesse maximale de 140 km/h. Elle est rechargeable en sept heures sur une prise de 220 V et, avec le chargeur 7,4 kW optionnel, en 1h45 sur une wallbox 32 A. On passera le plus clair de son temps dans les modes Hybrid et Comfort. Le mode Sport libère quant à lui la totalité des 360 ch et veille à la régénération des batteries pour pouvoir exploiter la pleine puissance des moteurs électriques en permanence. Enfin, le mode 4WD force l’activation du moteur électrique arrière pour disposer d’une transmission intégrale permanente quand les conditions d’adhérence deviennent délicates.

Joie, la 508 PSE est aussi disponible en carrosserie break. C’est comme ça qu’on la choisirait. Selon Peugeot, la seule concession pratique de ces hybrides rechargeables par rapport à une 508 thermique réside dans la disparition du double-fond de coffre.

On connaîtra le prix du nouveau fleuron de Sochaux d’ici l’ouverture des commandes mi-octobre. Epargnée par le malus qui frappe inévitablement toutes les motorisations thermiques de cette puissance, la 508 PSE pourrait afficher un rapport prix/performances alléchant face aux Audi S4, BMW M340i /M340d et Mercedes-AMG C43, selon une formule déjà éprouvée par la Volvo S60 T8.

 

Articles associés

Plus d'articles