Le Ford Puma ST est une GTI haute sur pattes de 200 ch

Le grand frère SUV de la Fiesta a droit lui aussi à une version énervée comme il faut

La rédaction | Le 26 septembre 2020 |

En savoir plus à ce sujet :

Le nouveau Ford Puma ST a du pain sur la planche. Et ce alors qu’il n’a pas le moindre rival direct sur le marché : on attend toujours un Peugeot 2008 GTi, un Renault Captur RS, un Cupra Arona ou un Hyundai Kona N. Les Audi SQ2 et Volkswagen T-Roc R ? À 300 ch, quatre roues motrices et 50 000 €, on ne parle plus de la même chose. Quand au T-Roc TSI 190 et au Honda HR-V Sport, leur positionnement est loin d’être aussi sportif.

Sauf si le très sympathique Nissan Juke Nismo fait un come-back surprise, le Ford Puma ST ne trouvera donc personne sur son chemin dans l’immédiat. Non, l’ennemi sera intérieur. Car un Puma, c’est avant tout une Fiesta avec une doudoune et des talons. Ce qui signifie que ce nouveau SUV « urbain » de 200 ch partage ses dessous avec la meilleure GTI de sa génération, la jubilatoire Fiesta ST.

Pour qu’il se montre digne de son badge malgré un embonpoint d’un quintal par rapport à la citadine et un centre de gravité haut perché, les ingénieurs Ford assurent avoir fait le nécessaire. Son essieu arrière est ainsi 40 % plus rigide que sur la Fiesta ST (et 50 % plus rigide que sur un Puma standard), tandis que les amortisseurs et les barres antiroulis ont été revus pour préserver le tempérament joueur qui rend la Fiesta si attachante. Ford promet aussi que ces modifications n’ont pas affecté le confort de roulement. Il faut dire que le moelleux n’est pas la qualité première d’un Puma standard en châssis ST-Line…

Les autres évolutions incluent de plus gros freins, une direction plus directe, des jantes 19 pouces spécifiques chaussées de Michelin Pilot Sport 4S, et surtout un différentiel autobloquant Quaife entre les roues avant. Il y a clairement eu plus de budget consacré au châssis qu’au design : il faudra ouvrir l’œil pour distinguer ce Puma ST d’un simple ST-Line, sauf si son propriétaire opte pour cette nouvelle livrée Vert Mean exclusive.

Derrière cette bouille de batracien stéroïdé se cache le moteur de la Fiesta ST dans une définition strictement identique, à savoir un trois-cylindres 1.5 turbo développant 200 ch et 320 Nm aux roues avant. Il est cependant associé ici à de nouveaux supports moteur et une note d’échappement moins extravertie. Ford annonce 6,7 s sur le 0 à 100 km/h et 220 km/h.

À bord, on pourra se caler dans des baquets Recaro, et empoigner un volant et un pommeau de boîte surpiqués de rouge. La boîte manuelle est de rigueur. Les graphismes de l’instrumentation deviennent plus suggestifs, et un nouveau bouton Sport fait son apparition pour faire défiler les modes de conduite (parce qu’une petite sportive a forcément un sélecteur de modes de conduite en 2020) : Normal, Eco, Sport et Track. Ce dernier désactive le contrôle de traction et fait regarder l’ESP ailleurs, tout en alourdissant la direction et en libérant l’échappement.

Voyez cet engin comme la version jouet du Porsche Macan. Mais plus sérieusement, ce genre de silhouette est-il vraiment l’avenir des GTI ?

 

Articles associés