Le Maserati Grecale reporté à 2022

Il faudra attendre encore un peu pour découvrir le SUV au Trident, victime de la crise des semi-conducteurs

La rédaction | Le 19 octobre 2021 |

En savoir plus à ce sujet :

Le lancement du Maserati Grecale n’aura pas lieu le 16 novembre comme prévu. La pénurie mondiale de semi-conducteurs va en effet nous empêcher de faire connaissance avec le petit frère du Levante, appelé à devenir le best-seller de la marque. D’ici-là, il faudra donc se contenter de quelques photos espions.

« En raison de la pénurie de semi-conducteurs, le rythme de production ne nous permettrait pas de répondre à la demande globale attendue », se justifie Maserati.

Futur rival des Porsche Macan, BMW X3/4, Mercedes GLC et autres Jaguar F-Pace, le Grecale se veut l’autre pilier du plan stratégique présenté l’année dernière, avec la sublime MC20. Une supercar pour l’image, un SUV familial pour les volumes.

En bonne Maserati, le Grecale tire son nom d’un « puissant vent nord-est de la Méditerranée. » Il sera construit dans l’usine Alfa Romeo de Cassino (à une grosse centaine de kilomètres de Rome), comme son cousin le Stelvio, via un investissement de 800 millions d’euros. À l’instar de la MC20 et des futures Levante, Quattroporte et GranTurismo/Cabrio, il sera rejoint à terme par une version électrique.

Un peu plus tôt cette année, Maserati avait assuré que les protos du Grecale menaient « des essais intensifs sur route, sur circuit et en tout-terrain », promettant « des avancées considérables, notamment en matière de connectivité et d’interface homme-machine. »

« Maserati continue de travailler dur malgré les problèmes de pénurie de composants qui affectent l’intégralité du secteur des transports », a précisé l’entreprise. Nous voilà rassurés.

En attendant le Grecale, vous pouvez toujours relire notre essai de la MC20. Spoiler : on a — beaucoup – aimé.

Articles associés