Top 9 : les reboots de supercars

La nouvelle Lamborghini Countach ne vous passionne pas plus que ça ? Voici neuf autres légendes réinterprétées pour titiller votre fibre rétro

La rédaction | Le 24 septembre 2021 |

En savoir plus à ce sujet :

Ferrari SP12 EC

Les Ferrari « Special Project » (SP) sont des modèles souvent uniques, produits sur commande pour de richissimes collectionneurs que la marque aura jugés dignes de lui faire un gros chèque pour qu’elle réalise leur fantasme automobile sur mesure.

Sans surprise, beaucoup de ces Ferrari SP rendent hommage à des modèles mythiques de la marque. La Ferrari préférée d’Eric Clapton se trouve par exemple être la 512BB des années 1970. Le guitar heroe britannique a donc demandé à Ferrari de lui concocter une réincarnation de cette voiture. Il voulait un V12, mais Ferrari n’en ayant plus dans sa gamme courante en position centrale arrière, ils ont pris pour base une 458 Italia animée par un V8 (atmosphérique, c’est déjà ça). Comme quoi, même quand on est dans les petits papiers de Ferrari et qu’on a les moyens, c’est eux qui vous disent ce que vous voulez…

 

Lamborghini Miura

Lamborghini s’aventure rarement dans le style rétro. Peut-être parce que la marque de Sant’Agata a à son actif certaines des supercars les plus mythiques de l’histoire, et qu’aller piocher dans son arbre généalogique pourrait être considéré comme une solution de facilité. Un peu comme avec la nouvelle Countach, par exemple…

Cependant, Lamborghini s’était déjà essayé à l’exercice en 2006. Pour les 40 ans de la Miura, pionnière des supercars modernse, Walter de Silva avait en effet recarrossé une Murcielago LP640 de la plus belle des manières. Hélas, l’auto est restée à l’état de concept. « La Miura était une célébration de notre histoire, mais Lamborghini, c’est le futur », avait expliqué à l’époque le (déjà) PDG de la marque Stephan Winkelmann. « Nous ne sommes pas là pour faire du retro design. Nous ne produirons donc pas la Miura. »

Quinze ans après, il semble avoir changé de point de vue.

 

Mercedes SLS AMG

La première pure AMG (non basée sur une Mercede pré-existante) était une super-GT biplace à moteur avant et à portes papillon. Une évocation musclée de la légendaire 300 SLR, voiture la plus performante du monde dans les années 50.

Certes, malgré son V8 6.2, la SLS était loin de pouvoir en dire autant lorsqu’elle est arrivée en 2010. Mais elle, elle avait des charnières de portière explosives pour pouvoir les ouvrir en cas de retournement. La sécurité avant tout.

 

Ferrari P4/5 par Pininfarina

Quand Jim Glickenhaus a été approché par Pininfarina pour savoir s’il aurait envie d’une supercar sur mesure, il leur a commandé ce chef-d’oeuvre de néo-rétro, présenté en 2006.

Ça n’a pas dû être une décision facile de démonter une Ferrari Enzo pour la recarrosser façon sport proto des années 1960. Reste que la P4/5, dessinée par Jason Catriota et inspirée par  la 330 P4 (et la 333SP des années 1990 pour le museau droit, apparemment) est sublime. Et qu’elle se payait le luxe d’avoir une aéro plus efficace que l’Enzo… Ça valait bien 4 millions de dollars. En plus du prix de l’Enzo donneuse, bien sûr.

 

de Tomaso P72

Cette voiture dévoilée en 2019 ressemble beaucoup à la précédente, vous l’aurez remarqué. Même si elle est censée rendre hommage à la de Tomaso P70 de course des années 1960, on dirait plutôt un croisement entre une Ferrari P3/4 et une Porsche 917. Elle est basée sur l’Apollo Intensa Emozione, mais avec un V8 Ford à la place du V12 Ferrari. Elle devait être produite à 72 exemplaires, mais elle n’a plus donné de nouvelles depuis la pandémie… On croise les doigts pour qu’elle arrive bientôt sur la route.

 

Aston Martin Victor

En dessous, une One-77, avec un V12 7.3 atmosphérique porté à 848 ch et 820 Nm, une boîte manuelle à la place de la robotisée, et des suspensions de Vulcan. Au-dessus, une carrosserie librement inspirée des Vantage des années 1970-80.

L’Aston Martin Victor est assurément l’un des plus beaux one-off de l’histoire, que ce soit à regarder ou à conduire.

 

Ford GT

Née en 2002 sous la forme d’un concept car en l’honneur du centenaire de Ford, la GT est devenue en 2005 un pavé dans la marre des Ferrari 360 et Lamborghini Gallardo. Portrait craché de son ancêtre multivictorieuse au Mans dans les années 60 (avec des proportions légèrement revues à la hausse), elle était animée par un V8 5.4 compressé de 550 ch qui lui conférait des performances plus proches de celles d’une Enzo ou d’une Murcielago…

Si la Ford GT des années 2010 est littéralement une voiture des 24 Heures du Mans homologuée pour la route, celle des années 2000 était plutôt une lettre d’amour à un un âge d’or de Ford en compétition qu’une pistarde acharnée.

 

Porsche 904 Living Legend

Concept interne de 2013, ce magnifique petit coupé inspiré par la 904/Carrera GTS des années 60 pouvait se vanter d’avoir des dessous aussi high tech qu’originaux. Cette silhouette profilée dissimule en effet une base de Volkswagen XL Sport, soit une monocoque en carbone et un V2 Ducati de 200 ch (à la place du trois-cylindres Diesel de la XL1 originelle, conçue avant tout pour battre des records de consommation).

Avec ses lignes à couper le souffle et sa masse inférieure à la tonne, cette 904 moderne aurait fait trembler Lotus et Alpine, mais elle n’a jamais reçu le feu vert pour la production. Soupir.

 

New Stratos

La trilogie du Seigneur des Anneaux. Les œuvres complètes de Shakespeare. Une fan fiction de Twilight. Ce ne sont quelques exemples d’histoires moins longues à raconter que les débuts laborieux de la New Stratos, dévoilée à l’origine en 2005.

Ferrari avait mis son veto à la production de cette voiture car pour réinterpréter la Stratos, elle reprenait une base de 430 Scuderia contemporaine. Les choses semblent s’être tassées depuis, et quelques New Stratos auraient apparemment été produites. Mais l’auto ayant été conçue il y a plus de 15 ans, il va falloir songer à lui faire son propre reboot…

Articles associés