10 choses à savoir sur la nouvelle Ford Focus ST

Rencontre avec les heureux parents de la nouvelle Focus ST, et petit tour en passager

Ollie Kew | Le 24 mai 2019 |

2

C’est Hyundai qui lui a servi de mètre étalon, pas Renault Sport

Attention, sujet sensible.

Selon des ingénieurs Ford qui ont poliment demandé à rester anonymes, les références de la nouvelle Focus ST pendant son développement ont été :

1. La Golf GTI (ça alors), parce qu’elle est incroyablement facile à vivre et reste une institution chez les compactes sportives.

2. La Honda Civic Type R, dont les ingénieurs Ford reconnaissent qu’il s’agit d’un chef-d’œuvre de traction hautes performances, et plus généralement l’une des compactes sportives les plus amusantes à conduire de tous les temps.

3. La Hyundai i30 N. Exactement, la bizute de la catégorie. La jeune arriviste venue de Corée. Les gars de chez Ford ont beau souligner ses gènes allemands (elle a été mise au point sur le Nürburgring par l’ancien directeur technique de BMW Motorsport), ils reconnaissent son talent à offrir à la fois du plaisir accessible et d’excellentes performances à un tarif agressif. Mais ils promettent que la Focus ST offre une meilleure direction, un amortissement plus rigoureux tout en étant plus confortable que la Hyundai.

C’est tout. C’est tout ? Pas de Mégane RS ? Ford n’a rien trouvé à sauver sur la française, avec ses roues arrière directrices, ses amortisseurs à butée hydraulique dignes d’une voiture de rallye et son pedigree qui impose le respect (dont un nouveau record sur le Nürburgring) ?

« Nous l’avons conduite, et nous ne l’avons pas retenue, m’a-t-on dit. Il nous a juste semblé qu’elle n’avait rien à nous apprendre. »

En savoir plus à ce sujet :

Articles associés