C’est officiel, la remplaçante de l’Audi R8 sera 100 % électrique

Snif. Dernier espoir pour la survie du V10 : Lamborghini

Ollie Kew | Le 15 décembre 2021 |

En savoir plus à ce sujet :

« Audi RS s’inscrit dans la stratégie intégralement électrique de la marque Audi dans son ensemble. C’est l’idée avec nos modèles S et RS. Si nous devons produire un nouveau modèle de supercar, il sera électrique. Cela correspond à notre stratégie, notre vision d’un futur pleinement électrique. »

Fermez le ban. Si Audi donne une descendance à la R8 – et tout indique que la marque y songe très sérieusement –, il faudra dire adieu au V10 atmosphérique, et se résigner à n’avoir plus que des moteurs électriques sous le pied. L’e-tronisation de la gamme est en marche, à tous les étages.

La nouvelle vient du patron d’Audi RS lui-même. C’est la première fois que Sebastian Grams confirme sans ambages que la prochaine R8 ne se contentera pas de downsizing ou d’hybridation. Elle sera électrique ou rien, et devrait arriver vers le milieu de la décennie.

Rassurez-vous, Audi ne va pas pour autant en faire une hypercar de 2 000 ch destinée à aller jouer avec les Lotus Evija et Rimac Nevera (Rimac qui vient de se lier au groupe Volkswagen en prenant les rênes de Bugatti, rappelons-le). La future « R8 » restera une supercar tout ce qu’il y a de plus raisonnable (on se comprend…).

« La puissance et les performances [des supercars] sont en train d’exploser avec l’avènement des supercars 100 % électriques, concède Grams. Mais je ne pense pas qu’il y ait besoin d’autant de puissance. »

« Si vous concevez une voiture légère, vous n’avez pas besoin de 2 000 ch pour vous faire plaisir sur la route. La physique limitera toujours l’exploitation des performances, même sur circuit. Par exemple, si vous avez 2 500 ch au lieu de 2 000, ça ne fera aucune différence. »

Audi ne sera pas en terre inconnue : les deux générations de R8 ont eu droit à leur concept e-tron, dont une poignée d’exemplaires ont été produits et vendus à des collectionneurs technophiles. Plus près de nous, il y a eu le concept PB18 e-tron qui illustre cet article en haut de page, une étude qui annonçait précisément en 2018 à quoi pourrait ressembler une supercar électrique Audi.

La R8 passe pour une des supercars les plus faciles à vivre au quotidien. Dans cette optique, son héritière électrique privilégiera-t-elle l’autonomie au placage de cervicales sur l’appuie-tête ? Grams promet qu’Audi fera tout pour offrir le meilleur compromis.

« Nous devons concevoir une voiture qui soit amusante, mais l’autonomie est un sujet. Il y en a d’autres, comme le son, ou certaines caractéristiques, comme le RS Torque Rear de la RS3, un mode ‘fun’, en quelque sorte. »

On peut donc s’attendre à des modes drift et à de la vectorisation de couple aux petits oignons sur la première vraie supercar électrique Audi. « Elle pourrait même vous guider sur la route ou aider à apprendre un circuit », suggère Grams. On a déjà vu ça quelque part

Lamborghini ayant déjà confirmé que les remplaçantes des Aventador et Huracán conserveraient des moteurs thermiques (dont un V12 tout en haut de la gamme) quitte à faire appel à l’hybridation rechargeable, la future supercar Audi va aussi inévitablement s’éloigner de la « petite » Lambo, dont elle partageait depuis deux générations la plate-forme et le V10.

Ces derniers temps, Audi s’est plutôt rapproché de Porsche, dont la Taycan a partagé ses dessous avec l’e-tron GT, en attendant un futur duo e-Macan / Q6 e-tron. La future R8 électrique aura-t-elle une cousine Porsche ? Un super-e-Cayman ? La descendante de la 918 Spyder ? Mystère.

Beaucoup d’options sont encore à l’étude en interne, nous dit-on. Une chose est sûre, c’est que le groupe Volkswagen est loin d’en avoir fini avec les voitures de sport, quelle que soit leur motorisation…

 

Articles associés